PUBLICITÉ

COVID-19 : Une évaluation de l'immunité collective et de la protection vaccinale

COVID-19COVID-19 : Une évaluation de l'immunité collective et de la protection vaccinale

On dit que l'immunité collective pour COVID-19 est atteinte lorsque 67% de la population est immunisée contre le virus par infection et/ou vaccination, tandis que l'agent pathogène reste bien caractérisé (non muté) tout au long de la transmission dans la population qui est bien caractérisée. Dans le cas de l'infection par le SRAS CoV-2, la réalisation de l'immunité collective est difficile en raison de l'émergence de nouvelles variantes préoccupantes (VoC), qui conduisent à ce que les VoC ne répondent plus aux anticorps générés contre la souche parente. Les données montrent qu'Israël peut avoir atteint l'immunité collective car il a atteint un chiffre de 67.7 % de la population qui est à l'abri tandis que le Royaume-Uni jemmune la population est de 53.9% et celle des USA est de 5% 0.5. Malgré un taux d'infection plus élevé au Brésil au départ, l'immunité collective n'a toujours pas été atteinte. Cela suggère que la population doit respecter la distanciation sociale, se laver les mains et porter des masques et que les directives de déverrouillage et la facilité des restrictions doivent être soigneusement étudiées pour éviter tout autre événement catastrophique de COVID-19. 

Afin d'atteindre le scénario «normal» dans lequel le monde se trouvait avant COVID-19, l'immunité collective doit être développée au sein de la population, ce qui permettra aux gens de sortir et de se déplacer librement comme avant. L'immunité collective peut être atteinte soit par des personnes naturellement infectées par le virus, soit par la vaccination d'un certain pourcentage de personnes. Regardons comment la vaccination et l'infection ensemble peuvent conduire à une immunité collective et nous ramener à la vie sans masques et sans distanciation sociale que nous vivions plus tôt. 

Immunité du troupeau1, 2 fait référence à une estimation du nombre de personnes qui doivent être vaccinées ou infectées pour s'assurer que le virus n'est plus transmissible à l'homme. Cela signifie qu'il n'y a plus d'individus susceptibles de contracter l'infection et de la propager davantage. Bien que l'immunité collective (PI, proportion de la population qui est immunisée) peut être calculé sur la base d'une formule mathématique simple1, 2, PI = 1-1/Ro, où R(« R-naught ») signifie le nombre de cas secondaires causés par l'infection, également appelé nombre de reproduction de base lorsque l'infection se produit dans une population immunologiquement naïve (population qui n'a pas été infectée ou vaccinée par le virus). En cas de SRAS CoV-2, Ra été estimée à environ 3, ce qui signifie que chaque personne infectera en moyenne 3 personnes3, 4. En remplaçant cela dans la formule ci-dessus, nous obtenons un PI chiffre de 0.67, ce qui signifie que si 67% de la population est infectée et/ou vaccinée, alors l'immunité collective est dite atteinte.  

Cela signifie-t-il que des pays comme Israël ont atteint l'immunité collective avec 67.7% (58.2% complètement vaccinés plus 9.5% infectés) de la population en Israël5 sont immunisés tandis que des pays tels que le Royaume-Uni et les États-Unis atteindront l'immunité collective une fois qu'ils auront 67% de leur population est infecté et/ou a été vacciné, qui est actuellement à 53.9% (47.3% complètement vacciné plus 6.6% infecté) en la Grande-Bretagne6, et 50.5% (40.5% complètement vaccinés plus 10% infectés) aux États-Unis7?  

Il est difficile de répondre à cette question car le calcul de l'immunité collective (PI) repose sur l'hypothèse que l'agent pathogène est un agent pathogène bien caractérisé et qu'il infecte une population bien caractérisée. Malheureusement, les deux ne sont pas vrais dans ce cas car il s'agit d'un nouveau virus et la population infectée est très hétérogène. Cela est encore compliqué par le fait qu'il existe de nouvelles variantes du virus du SRAS CoV-2 apparaissant dans la population qui peuvent ou non répondre au vaccin de la même manière que la souche virale d'origine contre laquelle le vaccin a été conçu. De plus, les nouvelles variantes du virus ne sont même pas les mêmes affectant tous les pays. Alors que le Royaume-Uni a principalement la variante B.1.1.7, l'Inde, Singapour et d'autres pays ont la variante B1.617, le Brésil a la variante B.1.351, P.1 et P.2 tandis que le Moyen-Orient a la variante B.1.351 dans en plus des autres. Cela signifie-t-il que davantage de personnes sont infectées par les nouvelles variantes, qu'elles soient vaccinées contre la souche d'origine poussant Rà un nombre plus élevé ? RAde 5 signifierait que 80 % de la population devrait être immunisée pour prévenir d'autres infections. Néanmoins, ces pays (Israël, Royaume-Uni et États-Unis) ont commencé à débloquer et à lever les restrictions sur la base du fait qu'au moins 50 % de leur population est entièrement vaccinée. Est-il trop tôt dans les cas du Royaume-Uni et des États-Unis comme Pn'a même pas atteint 67% sur la base du simple calcul avec les hypothèses mentionnées ci-dessus ? Israël peut encore se vanter de dire qu'il a atteint ce chiffre. Cependant, il y a eu une augmentation du nombre de cas au Royaume-Uni cette semaine de 23.3% (par rapport à la semaine précédente) avec une augmentation concomitante de la mortalité également.6, tandis qu'aux États-Unis, il y a eu une diminution du nombre de cas de 22% cette semaine7 (par rapport à la semaine précédente). Les données des prochains mois détermineront si la décision de ces pays de déverrouiller et de lever les restrictions était correcte ou non ? 

Avec tous ces facteurs liés à la complexité du virus (différentes souches) ainsi qu'à l'hétérogénéité de la population, il est impossible de prédire le bon Pnuméro. Il convient de mentionner ici les taux d'infection au Brésil, l'un des pays les plus touchés au stade initial de l'infection au COVID-19. Malgré un pourcentage élevé de séroprévalence estimée (76 %)11 à Manaus et 70% au Pérou12, les deux assistent à une deuxième vague féroce. Bien que cela puisse en partie être attribué à la facilité des restrictions et des élections qui ont eu lieu, de nombreux autres facteurs pourraient en être responsables. L'une pourrait être la surestimation de la séroprévalence qui a été observée à 52.5% en juin 2020. La seconde pourrait être l'avènement de nouvelles souches plus transmissibles (P.1, P.2, B.1.351, B.1.1.7), chacun avec son propre ensemble unique de mutations qui provoque une sévérité élevée de la maladie. Troisièmement, la présence de ces mutations peut également conduire à échapper à la réponse immunitaire générée contre la souche d'origine12.  

Une autre question concerne l'efficacité des vaccins actuellement disponibles en termes de protection qu'ils peuvent offrir. Il a été estimé en moyenne que l'efficacité du vaccin en termes de protection contre les décès est de 72%8 ce qui signifie qu'il y a 28 % de chances qu'un individu meure même après avoir été complètement vacciné (après avoir pris les doses requises du vaccin). Plus précisément, le vaccin Pfizer-BioNTech BNT162b2 était efficace à 85 % après une dose unique tandis que le vaccin Oxford-AstraZeneca ChAdOx1-S était efficace à 80 % après une dose unique.9. Ces deux vaccins étaient également efficaces contre la souche B.1.1.79. Un autre point important à garder à l'esprit ici est que la vaccination ne signifie pas que vous ne serez pas infecté par l'agent pathogène, cela signifie que vous serez protégé comme mentionné ci-dessus et que vous développerez des symptômes légers ou inexistants de la maladie. De plus, il n'y a pas encore de preuve que l'immunité fournie par l'infection et/ou les vaccins contre le SRAS CoV-2 soit de longue durée ou non ?10 Cela signifie qu'une surveillance appropriée doit être mise en place et que le programme de vaccination devra peut-être être prolongé si tel est le cas. 

En plus de la réalisation de immunité collective par la population par infection et en vertu d'une vaccination complète, certains individus sont encore susceptibles d'être touchés et de subir une morbidité voire une mortalité attribuée au COVID-19. Ces personnes peuvent être identifiées à l'aide des dossiers de santé électroniques (DSE) et recevoir des soins préventifs appropriés, comme décrit13

En résumé, prédire l'immunité collective pour le SRAS CoV-2 est un défi insurmontable en raison de la nature des mutations acquises par le virus qui le rendent plus transmissible couplé à la population hétérogène qui est infectée. On suppose que jusqu'à Ro devient plus proche ou inférieur à 1 (ce qui signifie atteindre une immunité collective de 100 %), la population doit continuer à respecter les mesures de distanciation sociale, se laver les mains dans la mesure du possible et porter des masques en public afin d'éviter de contracter la maladie. Cela signifie que les pays doivent bien réfléchir avant de décider d'assouplir les restrictions avant d'atteindre une immunité collective de 100 % (du côté le plus sûr) pour éviter des événements plus catastrophiques causés par COVID-19.  

***

Références 

  1. Concept de base de McDermott A. : L'immunité collective est un phénomène de santé publique important – et souvent mal compris. Proc. Natl. Acad. Sci. 118 (21), (2021). EST CE QUE JE: https://doi.org/10.1073/pnas.2107692118 
  1. Kadkhoda K. Immunité du troupeau à COVID-19: séduisant et insaisissable, American Journal of Clinical Pathology, 155 (4), 471-472, (2021). EST CE QUE JE: https://doi.org/10.1093/ajcp/aqaa272 
  1. Liu Y, Gayle AA, Wilder-Smith A, Rocklöv J. Le nombre reproductif de COVID-19 est plus élevé que celui du coronavirus du SRAS. J Voyage Med. 2020 mars 13;27(2) : taaa021. EST CE QUE JE: https://doi.org/10.1093/jtm/taaa021 . PMID : 32052846 ; PMCID : PMC7074654.  
  1. Billah MA, Miah, M M, Khan M N. Nombre reproductif de coronavirus : une revue systématique et une méta-analyse basée sur des preuves au niveau mondial. PLoS One 15, (2020). Publication : 11 novembre 2020. DOI : https://doi.org/10.1371/journal.pone.0242128 
  1. Ministère de la Santé Gouvernement israélien. Communiqué de presse – Israël lèvera toutes les restrictions liées au coronavirus. Date de publication 23.05.2021. Disponible en ligne sur https://www.gov.il/en/departments/news/23052021-02 
  1. Gov.UK – Coronavirus (COVID-19) au Royaume-Uni. Disponible en ligne sur https://coronavirus.data.gov.uk 
  1. CDC Traqueur de données COVID – Vaccinations COVID-19 aux États-Unis. Disponible en ligne sur  https://covid.cdc.gov/covid-data-tracker/#vaccinations 
  1. Jablonska K, Abballea S, Toumi M. L'impact réel de la vaccination sur la mortalité due au COVID-19 en Europe et en Israël medRxiv (2021). EST CE QUE JE:https://doi.org/10.1101/2021.05.26.21257844 
  1. Efficacité des vaccins Pfizer-BioNTech et Oxford-AstraZeneca sur les symptômes liés au covid-19, les hospitalisations et la mortalité chez les personnes âgées en Angleterre : test négatif étude cas-témoins BMJ, 373, (2021). EST CE QUE JE: https://doi.org/10.1136/bmj.n1088 
  1. Pennington T H. Immunité collective : pourrait-elle mettre un terme à la pandémie de COVID-19 ? Microbiologie future, 16 (6), (2021). EST CE QUE JE: https://doi.org/10.2217/fmb-2020-0293 
  1. Buss LF, Prete CA, Abrahim CM M et al. Taux d'attaque des trois quarts du SRAS-CoV-2 en Amazonie brésilienne lors d'une épidémie largement non atténuée. Science. 371, 288-292, (2020). EST CE QUE JE: https://doi.org/10.1126/science.abe9728 
  1. Sabino E., Buss L., et al. 2021. Résurgence du COVID-19 à Manaus, Brésil, malgré une séroprévalence élevée. (2021). EST CE QUE JE:https://doi.org/10.1016/S0140-6736(21)00183-5 
  1. Estiri H., Strasser ZH, Klann JG et al. Prédire la mortalité liée au COVID-19 avec les dossiers médicaux électroniques. npj Chiffre. Méd. 4, 15 (2021). EST CE QUE JE: https://doi.org/10.1038/s41746-021-00383-x 

***

Rajeev Soni
Rajeev Sonihttps://www.RajeevSoni.org/
Le Dr Rajeev Soni (ID ORCID : 0000-0001-7126-5864) est titulaire d'un doctorat. en biotechnologie de l'Université de Cambridge, Royaume-Uni et a 25 ans d'expérience de travail à travers le monde dans divers instituts et multinationales tels que The Scripps Research Institute, Novartis, Novozymes, Ranbaxy, Biocon, Biomerieux et en tant que chercheur principal avec US Naval Research Lab dans la découverte de médicaments, le diagnostic moléculaire, l'expression de protéines, la fabrication de produits biologiques et le développement commercial.

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

- Publicité -

Articles les plus populaires

Nuvaxovid & Covovax : les 10e et 9e vaccins COVID-19 dans le programme d'utilisation d'urgence de l'OMS...

Après évaluation et approbation par l'Agence européenne des médicaments...

Une nouvelle approche des anticorps pour lutter contre le cancer de l'ovaire

Une approche unique d'anticorps basée sur l'immunothérapie a été développée qui...

Le large éventail d'effets thérapeutiques potentiels de Selegiline

La sélégiline est un inhibiteur irréversible de la monoamine oxydase (MAO) B1...
- Publicité -