PUBLICITÉ

Origine COVID-19 : les pauvres chauves-souris ne peuvent pas prouver leur innocence

COVID-19Origine COVID-19 : les pauvres chauves-souris ne peuvent pas prouver leur innocence

Une étude récente suggère un risque accru de formation de points chauds de coronavirus en raison de la déforestation et de la révolution de l'élevage conduisant à une zoonose transmission du coronavirus des chauves-souris aux humains. L'étude semble semer suffisamment de graines subliminales dans l'esprit des personnes pour soutenir la transmission zoonotique du nouveau coronavirus (SARS CoV-2), qui a conduit à la pandémie cataclysmique de COVID-19.

Les scientifiques se sont efforcés de découvrir l'origine de SRAS-CoV-2 qui a conduit à la pandémie mondiale entraînant non seulement la perte de millions de vies, mais aussi l'arrêt presque total de l'économie de plusieurs pays. Le récent article de Nature par Hayman et ses collègues1 fournit une analyse complète des régions du monde peuplées de fer à cheval chauves-souris (espèces hôtes de coronavirus liés au SRAS). La zone s'étend sur plus de 28.5 millions de kilomètres carrés, dont la majorité se trouve en Chine. L'analyse suggère une fragmentation de l'habitat par l'intervention humaine et les établissements (augmentation de la répartition des terres cultivées et de la densité du bétail) qui a conduit à une interaction accrue entre les humains, le bétail et la faune (dans ce cas les chauves-souris), qui peut avoir conduit à la transmission zoonotique de virus de la chauve-souris à l'homme. 

Cependant, la déforestation, l'utilisation agricole des terres et l'urbanisation se poursuivent depuis la période néolithique, lorsque les humains sont passés d'un chasseur-cueilleur à une vie sédentaire impliquant une révolution de l'élevage. Le rythme de l'urbanisation a considérablement augmenté au cours des dernières décennies, ce qui a entraîné de nouveaux changements dans l'utilisation des terres pour répondre aux besoins d'une population mondiale croissante. Une certaine quantité de transmission zoonotique d'agents pathogènes des animaux aux humains via une espèce intermédiaire est une connaissance connue de toute façon, comme cela a été vu dans les virus du SRAS (des chauves-souris aux civettes aux humains) et du MERS (des chauves-souris aux chameaux aux humains)2. Mais, comment le virus du SRAS est-il devenu hautement virulent et transmissible pour devenir le SRAS CoV-2 pour infecter les humains sans qu'une espèce intermédiaire connue ait été trouvée jusqu'à présent ?  

L'analyse présentée par Hayman et ses collègues1 ne prouve ni ne réfute la théorie de la transmission du SRAS CoV-2 des chauves-souris aux humains. Leur analyse semble semer suffisamment de graines subliminales dans l'esprit des gens à l'appui de la transmission zoonotique du roman coronavirus (SARS CoV-2), qui a conduit à la pandémie cataclysmique de COVID-19.

***

Références: 

  1. Rulli MC, D'Odorico P, Galli N et al. Le changement d'affectation des terres et la révolution de l'élevage augmentent le risque de transmission du coronavirus zoonotique par les chauves-souris rhinoophides. Nourriture Nat  (2021). https://doi.org/10.1038/s43016-021-00285-x 
  1. Soni R. Le virus du SRAS CoV-2 est-il originaire d'un laboratoire ? Disponible en ligne sur https://www.scientificeuropean.co.uk/covid-19/did-the-sars-cov-2-virus-originate-in-laboratory/ 

***

Équipe SCIEU
Équipe SCIEUhttps://www.ScientificEuropean.co.uk
Scientifique Européen® | SCIEU.com | Avancées significatives de la science. Impact sur l'humanité. Esprits inspirants.

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

- Publicité -

Articles les plus populaires

Les ondes internes océaniques influencent la biodiversité des grands fonds

On a découvert que des ondes internes océaniques cachées jouaient...

Xenobot : la première créature vivante et programmable

Les chercheurs ont adapté des cellules vivantes et créé de nouvelles...

Tau : une nouvelle protéine qui peut aider à développer une thérapie personnalisée contre la maladie d'Alzheimer

La recherche a montré qu'une autre protéine appelée tau est...
- Publicité -