PUBLICITÉ

Nouvelles souches de SARS-CoV-2 (le virus responsable du COVID-19) : l'approche de « neutralisation des anticorps » pourrait-elle être une réponse à la mutation rapide ?

COVID-19Nouvelles souches de SARS-CoV-2 (le virus responsable du COVID-19) : l'approche de « neutralisation des anticorps » pourrait-elle être une réponse à la mutation rapide ?

Plusieurs nouvelles souches du virus sont apparues depuis le début de la pandémie. De nouvelles variantes ont été signalées dès février 2020. La variante actuelle qui a paralysé le Royaume-Uni ce Noël serait 70 % plus contagieuse. Compte tenu des souches émergentes, plusieurs vaccins en cours de développement dans le monde seront-ils encore suffisamment efficaces contre les nouvelles variantes ? L'approche de « neutralisation des anticorps » ciblant le virus semble offrir une option prometteuse dans le climat actuel d'incertitude. Le statut est que huit anticorps neutralisants contre le SRAS-CoV-2 sont actuellement en cours d'essais cliniques, y compris des essais de « cocktails d'anticorps » visant à surmonter la possibilité que le virus développe une résistance à un seul anticorps neutralisant en accumulant des mutations spontanées.

Le SRAS-CoV-2 virus responsable de COVID-19 pandémie appartiennent au genre betacoronavirus de la famille des virus coronaviridae. Ce virus a un génome à ARN de sens positif, ce qui signifie que l'ARN simple brin agit comme un ARN messager tout en se traduisant directement en protéines virales chez l'hôte. Le génome du SRAS-CoV-2 code quatre protéines structurelles {pointe (S), enveloppe (E), membrane (M) et nucléocapside (N)} et 16 protéines non structurelles. Alors que les protéines structurelles jouent un rôle dans la reconnaissance des récepteurs sur la cellule hôte, la fusion membranaire et l'entrée virale ultérieure; les protéines non structurales (NSP) jouent un rôle crucial dans les fonctions réplicatives telles que la polymérisation de l'ARN par l'ARN polymérase dépendante de l'ARN (RdRp, NSP12). 

De manière significative, les polymérases virales à ARN n'ont pas d'activité nucléase de relecture, ce qui signifie qu'il n'y a pas de mécanisme disponible pour vérifier les erreurs lors de la transcription ou de la réplication. Par conséquent, les virus de cette famille présentent des taux de variation ou de mutation extrêmement élevés. Cela entraîne la variabilité et l'évolution de leur génome, leur offrant ainsi un niveau d'adaptabilité extrême et aidant le virus à échapper à l'immunité de l'hôte et à développer une résistance contre les vaccins (1,2,3). De toute évidence, il a toujours été dans la nature des virus à ARN, y compris les coronavirus, de subir des mutations dans leur génome à des taux extrêmement élevés tout le temps pour les raisons mentionnées ci-dessus. Ces erreurs de réplication qui aident le virus à surmonter la pression de sélection négative, conduisent à l'adaptation du virus. A long terme, plus le taux d'erreur, plus l'adaptation. Encore, COVID-19 est la première pandémie de coronavirus documentée de l’histoire. Il s'agit de la cinquième pandémie documentée depuis la grippe espagnole de 1918 ; les quatre précédentes pandémies documentées ont toutes été causées par des virus de la grippe (4).  

Apparemment, les coronavirus humains ont accumulé des mutations et se sont adaptés au cours des 50 dernières années. Il y a eu plusieurs épidémies depuis 1966, date à laquelle le premier épisode épidémique a été enregistré. La première épidémie mortelle de coronavirus humain a eu lieu en 2002 dans la province du Guangdong, en Chine, qui a été causée par le variante SARS-CoV suivi de l'épidémie de 2012 en Arabie Saoudite par la variante MERS-CoV. L'épisode actuel causé par la variante du SRAS-CoV-2 a commencé en décembre 2019 à Wuhan, en Chine, et s'est ensuite propagé dans le monde entier, devenant la première pandémie de coronavirus conduisant à COVID-19 maladie. Maintenant, il existe plusieurs sous-variantes réparties sur différents continents. Le SRAS-CoV-2 a également montré une transmission inter-espèces entre les humains et les animaux et retour aux humains(5).

Le développement d'un vaccin contre le coronavirus humain a commencé après l'épidémie de 2002. Plusieurs vaccins contre le SRAS-CoV et le MERS-CoV ont été développés et ont fait l'objet d'essais précliniques, mais peu sont entrés dans des essais humains. Cependant, aucun d'entre eux n'a reçu l'approbation de la FDA (6). Ces efforts se sont avérés utiles dans le développement de vaccins contre le SRAS-CoV-2 grâce à l'utilisation de données précliniques existantes, y compris celles relatives à la conception de vaccins réalisées lors du développement de candidats vaccins contre le SRAS-CoV et le MERS-CoV. (7). À ce stade, il existe plusieurs vaccins contre le SRAS-CoV-2 à un stade très avancé ; quelques-uns ont déjà été approuvés en tant qu'EUA (Emergency Use Authorization). Environ un demi-million de personnes à haut risque au Royaume-Uni ont déjà reçu le Pfizer Vaccin ARNm. Et voici le rapport d'une nouvelle souche hautement infectieuse (ou sous-souche) de SRAS-CoV-2 au Royaume-Uni en cette période de Noël. Temporairement nommé VUI-202012/01 ou B117, ce variant possède 17 mutations dont une dans la protéine de pointe. Plus infectieux ne signifie pas nécessairement que le virus est devenu plus dangereux pour l'homme. Naturellement, on se demande si ces vaccins seront encore suffisamment efficaces contre les nouvelles variantes. Il est avancé qu'une seule mutation dans le pic ne devrait pas rendre les vaccins (ciblage de la «région du pic» inefficaces), mais à mesure que les mutations s'accumulent au fil du temps, les vaccins peuvent nécessiter un réglage fin pour s'adapter à la dérive antigénique (8,9)

Approche par anticorps : un accent renouvelé sur les anticorps neutralisants peut être impératif 

C'est dans ce contexte que l'« approche anticorps » (impliquant des « anticorps neutralisants contre SRAS-CoV-2 virus» et «anticorps thérapeutiques contre COVID-19-hyperinflammation associée') prend de l'importance. Les anticorps neutralisants contre le virus SARS-CoV-2 et ses variantes peuvent servir d'outil d'immunité passive « prêt à l'emploi ».  

Le anticorps neutralisants ciblent les virus directement dans l'hôte et peuvent fournir une protection rapide, en particulier contre les variantes nouvellement apparues. Cette voie n'a pas encore montré beaucoup de progrès, mais a le potentiel de résoudre le problème de la dérive antigénique et de l'éventuelle inadéquation des vaccins présentés par le virus SARS-CoV-2 à mutation rapide et à évolution. Au 28 juillet 2020, huit anticorps neutralisants contre le virus SARS-CoV-2 (à savoir LY-CoV555, JS016, REGN-COV2, TY027, BRII-196, BRII-198, CT-P59 et SCTA01) étaient en cours d'évaluation clinique. Parmi ces anticorps neutralisants, le LY-CoV555 est anticorps monoclonal (mAb). VIR-7831, LY-CoV016, BGB-DXP593, REGN-COV2 et CT-P59 sont d'autres anticorps monoclonaux testés comme anticorps neutralisants. Les cocktails d'anticorps peuvent surmonter toute résistance possible développée contre un seul anticorps neutralisant, c'est pourquoi des cocktails tels que REGN-COV2, AZD7442 et COVI-SHIELD font également l'objet d'essais cliniques. Cependant, les souches peuvent également développer progressivement une résistance aux cocktails. De plus, il peut y avoir un risque d'amélioration dépendante des anticorps (ADE) en raison de anticorps qui se lient uniquement au virus et sont incapables de les neutraliser, aggravant ainsi la progression de la maladie (10,11). Un continuum de travaux de recherche innovants est nécessaire pour résoudre ces problèmes. 

*** 

Article connexe: COVID-19 : Début des essais de « neutralisation des anticorps » au Royaume-Uni

***

Références: 

  1. Elena S et Sanjuán R., 2005. Valeur adaptative des taux de mutation élevés des virus à ARN : séparer les causes des conséquences. Journal de l'ASM de virologie. EST CE QUE JE: https://doi.org/10.1128/JVI.79.18.11555-11558.2005   
  1. Bębenek A. et Ziuzia-Graczyk I., 2018. Fidélité de la réplication de l'ADN : une question de relecture. Génétique actuelle. 2018 ; 64(5) : 985-996. EST CE QUE JE: https://doi.org/10.1007/s00294-018-0820-1  
  1. Pachetti M., Marini B., et al., 2020. Les points chauds émergents de la mutation SARS-CoV-2 incluent une nouvelle variante de l'ARN polymérase dépendante de l'ARN. Journal of Translational Medicine volume 18, Numéro d'article : 179 (2020). Publication : 22 avril 2020. DOI : https://doi.org/10.1186/s12967-020-02344-6 
  1. Liu Y., Kuo R. et Shih H., 2020. COVID-19 : La première pandémie de coronavirus documentée de l'histoire. Revue biomédicale. Volume 43, numéro 4, août 2020, pages 328-333. EST CE QUE JE: https://doi.org/10.1016/j.bj.2020.04.007  
  1. Munnink B., Sikkema R., et al., 2020. Transmission du SRAS-CoV-2 dans les élevages de visons entre humains et visons et retour aux humains. Sciences 10 novembre 2020 : eabe5901. EST CE QUE JE: https://doi.org/10.1126/science.abe5901  
  1. Li Y., Chi W., et al., 2020. Développement d'un vaccin contre le coronavirus : du SRAS et du MERS au COVID-19. Journal of Biomedical Science volume 27, Numéro d'article : 104 (2020). Publication : 20 décembre 2020. DOI : https://doi.org/10.1186/s12929-020-00695-2  
  1. Krammer F., 2020. Vaccins SARS-CoV-2 en développement. Nature volume 586, pages 516 à 527 (2020). Publication : 23 septembre 2020. DOI : https://doi.org/10.1038/s41586-020-2798-3  
  1. Koyama T., Weeraratne D., et al., 2020. Emergence de variantes de dérive pouvant affecter le développement du vaccin COVID-19 et le traitement des anticorps. Pathogènes 2020, 9(5), 324 ; EST CE QUE JE: https://doi.org/10.3390/pathogens9050324  
  1. BMJ 2020. Point de presse. Covid-19 : une nouvelle variante de coronavirus est identifiée au Royaume-Uni. Publié le 16 décembre 2020. DOI : https://doi.org/10.1136/bmj.m4857  
  1. Renn A., Fu Y., et al., 2020. Un pipeline d'anticorps neutralisants fructueux donne l'espoir de vaincre le SRAS-Cov-2. Tendances des sciences pharmacologiques. Volume 41, numéro 11, novembre 2020, pages 815-829. EST CE QUE JE: https://doi.org/10.1016/j.tips.2020.07.004  
  1. Tuccori M., Ferraro S., et al., 2020. Anticorps monoclonaux neutralisants anti-SARS-CoV-2 : pipeline clinique. mAbs Volume 12, 2020 – Numéro 1. Publié en ligne : 15 décembre 2020. DOI : https://doi.org/10.1080/19420862.2020.1854149 

*** 

Umesh Prasad
Umesh Prasad
Rédacteur en chef, Scientific European

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

- Publicité -

Articles les plus populaires

Intolérance au gluten : une étape prometteuse vers le développement d'un traitement contre la fibrose kystique et la maladie cœliaque...

Une étude suggère une nouvelle protéine impliquée dans le développement de...

L'Allemagne rejette l'énergie nucléaire comme option verte

Être à la fois sans carbone et sans nucléaire ne va pas...

« Autofocals », un prototype de lunettes pour corriger la presbytie (perte de la vision de près)

Des scientifiques de l'Université de Stanford ont développé un prototype de...
- Publicité -