PUBLICITÉ

Statut du vaccin universel contre la COVID-19 : un aperçu

COVID-19Statut du vaccin universel contre la COVID-19 : un aperçu

La recherche d'un vaccin universel contre le COVID-19, efficace contre toutes les variantes présentes et futures des coronavirus est un impératif. L'idée est de se concentrer sur la région du virus la moins mutante et la plus conservée, au lieu de la région qui mute fréquemment. Les vaccins à base de vecteur adénoviral et à ARNm actuellement disponibles utilisent la protéine de pointe virale comme cible. Vers la recherche d'un vaccin universel contre la COVID-19, le nouveau vaccin SpFN basé sur la nanotechnologie est prometteur sur la base de la sécurité et de la puissance précliniques et du début des essais cliniques de phase 1.  

Maladie COVID-19 causée par le SRAS-CoV-2 Le virus sévit dans le monde entier depuis novembre 2019, causant env. 7 millions de décès prématurés dans le monde jusqu'à présent, une immense souffrance humaine due à l'infection et au confinement et l'arrêt complet des économies de la plupart des pays. La communauté scientifique du monde entier s'est efforcée de fabriquer des vaccins sûrs et efficaces contre la maladie, allant du virus entier atténué aux vaccins conjugués à l'ADN et aux protéines.1, ciblant la protéine de pointe du virus. La dernière technologie d'ARNm utilise également la protéine de pointe transcrite du virus pour déclencher une réponse immunitaire. Cependant, les données sur l'efficacité des vaccins au cours de l'année écoulée ont montré que la protection conférée par les vaccins est moins efficace contre les COV nouvellement mutés (Variante of Concern), comme le montrent de nombreuses infections révolutionnaires liées au vaccin, dues aux mutations de la protéine de pointe du virus. Les nouvelles variantes semblent être plus infectieuses et peuvent provoquer une maladie moins grave à plus grave selon la nature des mutations. La variante delta hautement virulente a créé des ravages provoquant non seulement une augmentation du nombre d'infections, mais également un taux de mortalité plus élevé. La variante Omicron nouvellement signalée en Afrique du Sud est 4 à 6 fois plus infectieuse, bien qu'elle cause une maladie moins grave d'après les données actuellement disponibles. La baisse d'efficacité des vaccins disponibles contre les nouvelles variantes (et les futures variantes potentielles) a contraint les scientifiques et les décideurs politiques à réfléchir à un vaccin universel contre le COVID-19 qui pourrait être efficace contre toutes les variantes présentes et futures des coronavirus. . Le vaccin pan-coronavirus ou le vaccin universel COVID-19 fait référence à cela.  

En fait, il peut y avoir d'autres variantes présentes dans les communautés, cependant, elles ne seront identifiées que lors du séquençage. L'infectiosité et la virulence de ces variants existants et/ou nouveaux non existants sont inconnues2. Dans le sillage des variantes émergentes, la nécessité de développer un vaccin pan-coronavirus gagne en importance.  

La maladie COVID-19 causée par le virus SARS-CoV-2 est là pour rester et nous ne pourrons peut-être pas nous en débarrasser complètement. En fait, les humains vivent avec les virus Corona qui causent le rhume depuis le début de la civilisation humaine. Les deux dernières décennies ont vu quatre épidémies de coronavirus : le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère, 2002 et 2003), MERS (syndrome respiratoire du Moyen-Orient, depuis 2012), et maintenant Covid-19 (depuis 2019 causé par le SARS-CoV-2)3. La principale différence entre les trois souches inoffensives et les trois autres qui ont provoqué une épidémie est la capacité accrue du virus SRAS-COV-2 à infecter (affinité plus élevée pour les récepteurs ACE2 humains) et à provoquer une maladie grave (tempête de cytokines). Que le virus SARS-CoV-2 ait acquis cette capacité naturellement (évolution naturelle) ou en raison de l'évolution dans le laboratoire, basée sur des recherches effectuées sur les études de « gain de fonction », qui ont conduit au développement de cette nouvelle souche et à son éclosion accidentelle possible, est une question qui reste sans réponse jusqu'à présent. 

La stratégie suggérée pour fabriquer un vaccin contre le virus pan-corona est de cibler la région génomique du virus qui est conservée et moins susceptible de muter. Cela fournira une protection contre les variantes futures existantes et inexistantes. 

Un exemple de ciblage d'une région consensus consiste à utiliser l'ARN polymérase comme cible4. Une étude récente a trouvé des cellules T mémoire chez les travailleurs de la santé qui étaient dirigées contre l'ARN polymérase. Cette enzyme, étant la plus conservée parmi les coronavirus humains qui causent le rhume et le SRAS-CoV-2), en fait une cible importante pour développer un vaccin pan-coronavirus. Une autre stratégie adoptée par le Walter Reed Army Institute of Research (WRAIR), aux États-Unis, consiste à développer un vaccin universel, appelé Spike Ferritin Nanoparticle (SpFN), qui utilise une partie inoffensive du virus pour déclencher les défenses de l'organisme contre le COVID-19. Il a été démontré que le vaccin SpFN confère non seulement une protection contre les variantes alpha et bêta chez les hamsters5, mais induit également des lymphocytes T et une réponse immunitaire innée spécifique chez la souris6 et primates non humains7. Ces études précliniques démontrent l'efficacité du vaccin SpFN et appuient la stratégie du WRAIR pour le développement du vaccin pan-coronavirus8. Le vaccin SpFN est entré dans un essai de phase 1, randomisé, en double aveugle et contrôlé par placebo sur 29 participants pour évaluer son innocuité, sa tolérabilité et son immunogénicité. L'essai a commencé le 5 avril 2021 et devrait se terminer dans 18 mois d'ici le 30 octobre 20229. Cependant, une première analyse des données ce mois-ci éclairera la puissance et l'innocuité du SpFN chez l'homme.8

Utilisation de virus atténués (car il contient tous les antigènes ; mutant aussi bien que moins mutant). Cependant, cela nécessite la production d'énormes quantités de particules virales infectieuses, nécessitant une installation de confinement BSL-4 pour la fabrication, ce qui peut poser un risque de sécurité inacceptable.  

Ces approches présentent un énorme pas en avant dans le besoin urgent de développer un vaccin universel sûr et puissant contre le SRAS-CoV-2 et de sortir le monde de cette situation actuelle, et de la ramener à la normale dès que possible. 

***  

Références:  

  1. Soni R, 2021. Soberana 02 et Abdala : premiers vaccins conjugués protéiques au monde contre le COVID-19. Scientifique Européen. Publié le 30 novembre 2021. Disponible sur https://www.scientificeuropean.co.uk/covid-19/soberana-02-and-abdala-worlds-first-protein-conjugate-vaccines-against-covid-19/ 
  1. Soni R., 2022. COVID-19 en Angleterre : la levée des mesures du plan B est-elle justifiée ? Scientifique Européen. Publié le 20 janvier 2022. Disponible sur https://www.scientificeuropean.co.uk/covid-19/covid-19-in-england-is-lifting-of-plan-b-measures-justified/ 
  1. Morens DM, Taubenberger J et Fauci A. Vaccins universels contre le coronavirus - Un besoin urgent. NEJM. 15 décembre 2021. DOI : https://doi.org/10.1056/NEJMp2118468  
  1. Soni R, 2021. Vaccins « pan-coronavirus » : l'ARN polymérase apparaît comme une cible vaccinale. Scientifique Européen. Publié le 16 novembre 2021. Disponible sur https://www.scientificeuropean.co.uk/covid-19/pan-coronavirus-vaccines-rna-polymerase-emerges-as-a-vaccine-target/  
  1. Wuertz, KM, Barkei, EK, Chen, WH. et coll. Un vaccin à base de nanoparticules de ferritine SARS-CoV-2 spike protège les hamsters contre la provocation des variantes du virus Alpha et Beta. Vaccins NPJ 6, 129 (2021). https://doi.org/10.1038/s41541-021-00392-7   
  1. Carmen, JM, Shrivastava, S., Lu, Z. et al. Le vaccin à nanoparticules de ferritine SARS-CoV-2 induit une activité immunitaire innée robuste entraînant des réponses polyfonctionnelles des lymphocytes T spécifiques aux pointes. vaccins npj 6, 151 (2021). https://doi.org/10.1038/s41541-021-00414-4 
  1. Joyce M., et al 2021. Un vaccin à base de nanoparticules de ferritine SARS-CoV-2 provoque des réponses immunitaires protectrices chez les primates non humains. Science médecine translationnelle. 16 décembre 2021. DOI :10.1126/scitranslmed.abi5735  
  1. Une série d'études précliniques soutient la stratégie de développement de vaccins pan-coronavirus de l'armée https://www.army.mil/article/252890/series_of_preclinical_studies_supports_the_armys_pan_coronavirus_vaccine_development_strategy 
  1. Vaccin SARS-COV-2-Spike-Ferritin-Nanoparticle (SpFN) avec adjuvant ALFQ pour la prévention de la COVID-19 chez les adultes en bonne santé https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT04784767?term=NCT04784767&draw=2&rank=1

***

Rajeev Soni
Rajeev Sonihttps://www.RajeevSoni.org/
Le Dr Rajeev Soni (ID ORCID : 0000-0001-7126-5864) est titulaire d'un doctorat. en biotechnologie de l'Université de Cambridge, Royaume-Uni et a 25 ans d'expérience de travail à travers le monde dans divers instituts et multinationales tels que The Scripps Research Institute, Novartis, Novozymes, Ranbaxy, Biocon, Biomerieux et en tant que chercheur principal avec US Naval Research Lab dans la découverte de médicaments, le diagnostic moléculaire, l'expression de protéines, la fabrication de produits biologiques et le développement commercial.

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

- Publicité -

Articles les plus populaires

Le plus grand fossile de dinosaure excavé pour la première fois en Afrique du Sud

Des scientifiques ont découvert le plus grand fossile de dinosaure qui...

Effets des androgènes sur le cerveau

Les androgènes tels que la testostérone sont généralement considérés de manière simpliste comme...
- Publicité -