PUBLICITÉ

Longévité : l'activité physique à un âge moyen et plus avancé est cruciale

Une étude montre que la pratique d’une activité physique à long terme peut aider les adultes d’âge moyen et plus âgés à réduire leur risque de maladies et de mortalité. L'avantage de exercer est indépendant des niveaux d’activité physique antérieurs lorsque la personne était plus jeune.

Les directives de l'Organisation mondiale de la santé recommandent 150 minutes par semaine d'intensité modérée l'activité physique pour maintenir une bonne santé. Plusieurs études ont montré que le niveau d'activité physique est lié au risque de maladies toutes causes confondues, maladies cardiovasculaires, risque de décès et de cancer. Bien que peu de recherches aient été menées pour comprendre comment les changements à long terme des niveaux d'activité physique peuvent avoir un impact sur la santé de la population générale.

Une nouvelle étude publiée le 26 juin dans BMJ a étudié les effets à long terme du fait d'être physiquement actif au milieu et âge plus avancé. L'étude comprenait les données de 14,499 40 hommes et femmes (âgés de 79 à 1993 ans) de l'étude européenne prospective sur le cancer et la nutrition-Norfolk (EPIC-Norfolk) menée entre 1997 et ​​8 au Royaume-Uni. Tous les participants ont été analysés pour les facteurs de risque au début de l'étude, puis trois fois en 12.5 ans et chaque participant a été suivi pendant XNUMX années supplémentaires. La dépense énergétique liée à l'activité physique (PAEE) a été calculée à partir de questionnaires autodéclarés et combinée à une surveillance des mouvements et du cœur. L'éventail d'activités physiques comprenait d'abord le type de travail/emploi effectué par une personne (bureau sédentaire, travail debout ou physiquement tâches laborieuses), et deuxièmement, les activités de loisirs comme le vélo, la natation ou d'autres formes d'activités récréatives.

Après avoir pesé l'activité physique et d'autres facteurs de risque généraux (alimentation, poids, antécédents, tension artérielle, cholestérol, etc.), l'analyse a montré qu'une augmentation des niveaux d'activité physique, même commencée à partir de l'âge moyen, était associée à un risque de décès plus faible. Chaque augmentation de 1 kJ/kg/jour par an du PAEE était associée à un risque de décès inférieur de 24 % (quelle que soit la cause), à ​​un risque de mortalité cardiovasculaire de 29 % inférieur et à 11 % de risque en moins de décès par cancer. Ces données étaient indépendantes du fait que la personne était physiquement active ou non lorsqu'elle était plus jeune ou avant l'âge moyen. Les personnes qui étaient déjà très actives physiquement mais qui avaient encore augmenté leur niveau d'activité présentaient un risque de mortalité inférieur de 46 %.

La présente étude a été menée à grande échelle, avec un suivi prolongé et une surveillance répétée des participants. L'étude montre que si les adultes d'âge moyen et plus âgés deviennent plus actifs physiquement, ils peuvent récolter des longévité avantages indépendamment de l'activité physique passée et des facteurs de risque établis et même s'ils ont un problème de santé. Ce travail soutient les bienfaits pour la santé de l'activité physique en général et suggère également que le maintien de l'activité physique au milieu et à la fin de la vie peut être bénéfique.

***

{Vous pouvez lire le document de recherche original en cliquant sur le lien DOI ci-dessous dans la liste des sources citées}

Sources)

Mok, A. et al. 2019. Trajectoires d'activité physique et mortalité : étude de cohorte en population. BMJ. https://doi.org/10.1136/bmj.l2323

Équipe SCIEU
Équipe SCIEUhttps://www.ScientificEuropean.co.uk
Scientifique Européen® | SCIEU.com | Avancées significatives de la science. Impact sur l'humanité. Esprits inspirants.

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

Articles les plus populaires

Une dose unique de vaccin COVID-19 offre-t-elle une protection contre les variantes ?

Une étude récente suggère qu'une dose unique de Pfizer/BioNTech...

La MHRA approuve le vaccin COVID-19 à ARNm de Moderna

L'Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA), l'organisme de réglementation...
- Publicité -
94,242VentilateursComme
47,616AbonnésFOLLOW
1,772AbonnésFOLLOW
30AbonnésInscrivez-vous