PUBLICITÉ

Voie de signalisation nerveuse récemment identifiée pour une gestion efficace de la douleur

Les scientifiques ont identifié une voie de signalisation nerveuse distincte qui pourrait aider à récupérer d'une douleur soutenue après une blessure.

Nous savons tous douleur – la sensation désagréable causée par une brûlure ou une douleur ou un mal de tête. Tout type de douleur dans notre corps implique une interaction complexe entre des nerfs, notre moelle épinière et notre cerveau. Dans notre moelle épinière, spécialisée nerfs recevoir des messages d'un périphérique spécifique nerfs et ils contrôlent la transmission des messages à notre cerveau. L'importance du signal envoyé au cerveau dépend de la gravité de la douleur. En cas de brûlure soudaine, le message est transmis comme urgent alors que pour une égratignure ou une contusion mineure, les messages ne sont pas étiquetés comme urgents. Ces messages se déplacent ensuite vers le cerveau et le cerveau répondra en envoyant des messages permettant la guérison, qui pourraient concerner soit notre système nerveux, soit le cerveau pourrait libérer des produits chimiques analgésiques. Cette expérience de douleur est différent chez chacun et la douleur implique l'apprentissage et la mémoire.

En règle générale, la douleur peut être classée comme une douleur à court terme ou aiguë et une douleur à long terme ou chronique. La douleur aiguë est la douleur intense ou soudaine qui survient en raison d'une maladie, d'une blessure ou d'une intervention chirurgicale. Alors que la douleur chronique persiste plus longtemps et devient une maladie ou un état en soi.

Douleurs chroniques

Par exemple, après un orteil écrasé ou un picotement dans le pied ou la paume ou après avoir touché quelque chose de trop chaud, après une sensation de choc, le corps a des réflexes pour se remettre de l'activité ou de la source de danger. Cela se produit instantanément mais le réflexe est suffisamment fort pour nous éloigner d'un danger supplémentaire. Ceci est défini comme une réponse évolutive qui est conservée chez plusieurs espèces pour maximiser la survie, mais les voies exactes ne sont toujours pas comprises. Une douleur ou une douleur persistante s'installe alors après le choc initial de la blessure. Et cette douleur persistante prend du temps à s'atténuer, ce qui peut prendre des secondes, des minutes ou même des jours. Une personne continue d'essayer de soulager la douleur en appliquant une pression, une compresse chaude, des méthodes de refroidissement, etc.

Des scientifiques de la Harvard Medical School ont entrepris d'analyser les différentes manières dont un stimuli douloureux se déplace du site du traumatisme ou de la blessure dans le corps au cerveau. Les stimuli traumatiques résultent d'une neurologie complexe impliquant des nerfs sensoriels appelés nocicepteurs et il existe diverses voies qui transportent des signaux vers le moelle épinière et les zones du cerveau. Les détails de ce scénario ne sont toujours pas bien compris. Les scientifiques pensent que la « matrice de la douleur » dans le cerveau est responsable de la blessure, mais il pourrait aussi y avoir autre chose.

Comprendre le mécanisme de la douleur

Dans une étude publiée dans Nature, les scientifiques se sont penchés sur la colonne vertébrale nerf cellules associées à des stimuli nocifs. Un gène appelé Tac1 exprimé sur ces cellules s’est avéré jouer un rôle essentiel dans les fonctions neuronales. Et leurs recherches montrent qu’il pourrait y avoir différentes voies suivies par deux types de douleur différents. Ils ont identifié une nouvelle voie de nerfs chez la souris, qui semble être le principal responsable de la douleur persistante ou de la douleur qui survient après le choc initial de douleur. Après avoir désactivé ce gène, les souris présentent toujours une réponse à une douleur aiguë et soudaine. Et lorsque leurs pieds étaient piqués ou pincés, etc., ils montraient des signes d'aversion. Cependant, les souris n'ont montré aucun signe ultérieur d'inconfort persistant, ce qui indique que le cerveau n'a pas été informé de ces dommages, ce qui signifie que ces lésions de la colonne vertébrale nerfs pourrait jouer un rôle dans l’information du cerveau.

Ainsi, il existe deux voies distinctes pour l'éclatement initial de la douleur et pour l'inconfort persistant. Cela pourrait peut-être être la seule raison pour laquelle de nombreux analgésiques sont bons pour la douleur initiale mais sont incapables de combattre la douleur persistante persistante, les douleurs, les picotements, etc. qui pourraient être plutôt définis comme un mécanisme d'adaptation. Les résultats expliquent également pourquoi de nombreux candidats-médicaments se sont mal traduits des études précliniques en traitements efficaces contre la douleur.

Cette étude a pour la première fois cartographié comment les réponses surviennent en dehors de notre cerveau et cette connaissance fournit des indices importants et pourrait aider à comprendre divers circuits neuronaux qui sont responsables de la douleur et de l'inconfort chroniques. La présence de deux réponses de défense distinctes pour éviter les blessures qui sont contrôlées par des voies de signalisation nerveuses distinctes. Il est clair que la première ligne de défense est le réflexe de retrait rapide et la seconde est la réponse d'adaptation à la douleur qui est activée pour réduire la souffrance et éviter les dommages tissulaires à la suite d'une blessure. Dans la crise actuelle des opioïdes, il est urgent de développer de nouveaux traitements contre la douleur. Alors que la douleur chronique devient une condition et une maladie en soi, il est devenu crucial d'aborder cet aspect de la gestion de la douleur.

***

Sources)

Huang T et al. 2018. Identifier les voies nécessaires pour faire face aux comportements associés à la douleur soutenue. Naturehttps://doi.org/10.1038/s41586-018-0793-8

***

Équipe SCIEU
Équipe SCIEUhttps://www.ScientificEuropean.co.uk
Scientifique Européen® | SCIEU.com | Avancées significatives de la science. Impact sur l'humanité. Esprits inspirants.

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

Articles les plus populaires

COVID-19 : Utilisation de l'oxygénothérapie hyperbare (OHB) dans le traitement des cas graves

La pandémie de COVID-19 a eu un impact économique majeur sur tous les...

Corriger les conditions génétiques chez les bébés à naître

Une étude promet de traiter une maladie génétique dans un...

Appareils électroniques pliables et pliables

Des ingénieurs ont inventé un semi-conducteur composé d'une fine...
- Publicité -
94,352VentilateursComme
47,647AbonnésFOLLOW
1,772AbonnésFOLLOW
30AbonnésS'inscrire