PUBLICITÉ

Influence des bactéries intestinales sur la dépression et la santé mentale

Les scientifiques ont identifié plusieurs groupes de bactéries qui variaient selon la dépression et la qualité de vie chez l'homme

Notre système gastro-intestinal (GI) contient un billion de micro-organismes. Les microbes qui résident dans notre intestin remplissent des fonctions importantes et influenceraient notre santé en ayant un impact sur des maladies comme l’obésité, le diabète et le cancer. Alors que les chercheurs commencent à mieux comprendre cette influence aux niveaux cellulaire et moléculaire, il apparaît que l’équilibre anormal de l’intestin les bactéries peut provoquer une réaction excessive de notre système immunitaire et contribuer à une inflammation du tractus gastro-intestinal. Cela peut entraîner diverses maladies dans tout le corps. Dans deux études récentes1,2, les chercheurs ont séquencé l'ADN de plus de 100 nouvelles espèces de microbes intestinaux, ce qui en fait la liste la plus complète des microbes intestinaux humains. les bactéries jusqu'à maintenant. Une telle liste peut être utilisée pour des recherches approfondies sur les effets de différents troubles intestinaux. les bactéries sur la santé humaine.

Trouver le lien entre les microbes intestinaux et mental décomposition cellulaire

La communauté des chercheurs est intriguée par l'association possible entre le métabolisme microbien intestinal et l'activité physique d'une personne. mental santé et bien-être. Il est intéressant de noter que les métabolites microbiens pourraient interagir avec notre cerveau et affecter nos sentiments ou notre comportement en jouant un rôle dans les systèmes neurologiques. Cette association a été étudiée sur des modèles animaux mais pas suffisamment chez l'homme. Dans une première étude de population3 publié dans Nature de microbiologie, les scientifiques cherchaient à élucider la nature exacte de la relation entre l'intestin les bactéries trouvé dans le tractus gastro-intestinal humain et dans la santé mentale en rassemblant des preuves que l'intestin les bactéries peuvent produire des composés neuroactifs. Ils ont combiné les données du microbiome fécal avec les dossiers de diagnostic de dépression d'un médecin généraliste d'environ 1100 XNUMX personnes qui faisaient partie du projet flamand sur la flore intestinale. Le bien-être mental a été évalué de différentes manières, notamment des tests médicaux, des diagnostics médicaux et l'auto-évaluation des participants. En analysant ces données, ils ont identifié les micro-organismes qui pourraient avoir un impact potentiel positif ou négatif sur mental santé.

Ils ont montré que deux bactérien Les groupes Coprococcus et Dialister ont été observés en quantités constamment faibles chez les personnes souffrant de dépression, qu'elles prennent ou non des antidépresseurs. Et Faecalibacterium et Coprococcusbacteria se sont révélés être couramment présents chez les individus ayant une meilleure qualité de vie et une meilleure qualité de vie. mental Les résultats ont été validés dans deux études de cohorte indépendantes, la première composée de 1,063 XNUMX personnes faisant partie de Dutch LifeLinesDEEP et la seconde était une étude portant sur des patients des hôpitaux universitaires de Louvain, en Belgique, chez lesquels une dépression a été cliniquement diagnostiquée. Dans une observation, des micro-organismes pourraient produire du DOPAC, un métabolite de neurotransmetteurs humains comme la dopamine et la sérotonine, connus pour communiquer avec le cerveau et liés à une meilleure qualité de santé mentale.

Analyse computationnelle

Une technique bioinformatique a été conçue pour identifier exactement l'intestin des bactéries qui interagir avec le système nerveux humain. Les chercheurs ont utilisé génomes de plus que 500 les bactéries dans la capacité du micro-organisme à produire des composés neuroactifs dans l'intestin humain. Il s’agit d’un premier catalogue complet de la neuroactivité dans l’intestin qui nous permet de mieux comprendre comment les microbes intestinaux participent à la production, à la dégradation ou à la modification de molécules. Les résultats informatiques devront être testés pour étayer les affirmations, mais ils élargissent notre compréhension des interactions entre le microbiome humain et le cerveau.

Au moment de lancer leur étude, les chercheurs ont supposé que la santé mentale d'une personne pourrait avoir un impact sur les micro-organismes qui peuvent prospérer dans l'intestin et non l'inverse. Cependant, cette étude a fourni des preuves que les microbes intestinaux « interagissent » d'une manière ou d'une autre avec notre système nerveux en produisant des neurotransmetteurs qui sont essentiels à une bonne santé mentale. Il est important de noter que les micro-organismes qui existent en dehors de notre corps, par exemple dans l'environnement, ne sont pas capables de fabriquer des neurotransmetteurs similaires, donc des micro-organismes pourraient avoir évolué. Il s'agit d'une première étude majeure menée à grande échelle chez des individus vivant dans des lieux géographiques variés. On peut suggérer que l'approche clinique de la santé mentale peut également intégrer probiotiques comme une nouvelle façon de traiter pour stimuler les « bonnes » bactéries dans nos intestins. L'étude doit d'abord être testée sur des modèles animaux où des bactéries spécifiques seraient cultivées, puis le comportement de l'animal serait analysé. Si des liens solides sont établis, des essais humains pourraient être menés.

***

{Vous pouvez lire le document de recherche original en cliquant sur le lien DOI ci-dessous dans la liste des sources citées}

Sources)

1. Zou Y et al. 2019. 1520 génomes de référence de bactéries intestinales humaines cultivées permettent des analyses fonctionnelles du microbiome. Nature Biotechnology. 37. https://doi.org/10.1038/s41587-018-0008-8

2. Forster SC et al. 2019. Un génome bactérien intestinal humain et une collection de cultures pour des analyses métagénomiques améliorées. Nature Biotechnology. 37. https://doi.org/10.1038/s41587-018-0009-7

3. Valles-Colomer M et al. 2019. Le potentiel neuroactif du microbiote intestinal humain dans la qualité de vie et la dépression. Nature de microbiologiehttps://doi.org/10.1038/s41564-018-0337-xac

Équipe SCIEU
Équipe SCIEUhttps://www.ScientificEuropean.co.uk
Scientifique Européen® | SCIEU.com | Avancées significatives de la science. Impact sur l'humanité. Esprits inspirants.

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

Articles les plus populaires

Coupes menstruelles : une alternative fiable et écologique

Les femmes ont besoin de produits sanitaires sûrs, efficaces et confortables pour...

Les polymères pourraient-ils être un meilleur véhicule de livraison pour les vaccins COVID ?

Un certain nombre d'ingrédients ont été utilisés comme supports...
- Publicité -
94,354VentilateursComme
47,647AbonnésFOLLOW
1,772AbonnésFOLLOW
30AbonnésS'inscrire