PUBLICITÉ

Une mise à jour de la compréhension de la stéatose hépatique non alcoolique

MÉDECINEUne mise à jour de la compréhension de la stéatose hépatique non alcoolique

L'étude décrit un nouveau mécanisme impliqué dans la progression de la stéatose hépatique non alcoolique et met en évidence la protéine Mitofusine 2 comme ayant le potentiel d'être un modèle de traitement possible

Non alcoolique (stéatose hépatique la maladie est la plus fréquente foie condition qui affecte les personnes qui ne boivent pas ou très peu d'alcool. Elle affecte 25 pour cent de la population mondiale et est assez répandue dans les pays développés. La condition est caractérisée par une accumulation de graisse supplémentaire dans les cellules hépatiques conduisant à différents dysfonctionnements hépatiques. Cette condition est difficile à diagnostiquer à un stade précoce. Aucun traitement n'est disponible pour la stéatose hépatique non alcoolique maladie et les médecins recommandent généralement de perdre du poids. Dans une forme grave de cette maladie appelée stéatohépatite non alcoolique (NASH), l'accumulation de graisse s'accompagne d'inflammation, de mort cellulaire et fibrose.

Une étude publiée dans Cellule le 2 mai 2019 propose une nouvelle cible thérapeutique possible pour le traitement des graisses non alcooliques une maladie du foie. Les chercheurs ont identifié une protéine mitochondriale appelée Mitofusine 2 qui pourrait être l'un des facteurs pouvant fournir une protection contre cette maladie. Dans leur étude, ils ont constaté que les niveaux de protéine Mitofusine 2 étaient faibles chez les patients souffrant de NASH, comme le montrent leurs biopsies hépatiques. Les niveaux inférieurs étaient présents même dans les premiers stades de la NASH, ce qui indique que cette maladie se développe lorsque la protéine mitofusine 2 diminue dans les cellules hépatiques. Un scénario similaire a été observé dans les cellules hépatiques d'un modèle murin de foie gras sans alcool maladie. Chez la souris, la diminution des taux de mitofusine 2 était responsable d'une inflammation hépatique, d'un métabolisme lipidique anormal, d'une fibrose hépatique et d'un cancer du foie.

Dans des expériences menées sur un modèle murin de NASH, des souris ont été soumises à un régime alimentaire pendant 2 semaines et des adénovirus codant pour la protéine Mitofusine 2 ont été injectés par voie intraveineuse à des souris. Le virus a été spécifiquement modifié pour exprimer artificiellement les protéines. Les foies de ces souris ont été analysés après 1 semaine. Les résultats ont montré que l'état de la NASH s'est amélioré chez la souris avec une amélioration significative du métabolisme des lipides.

Des expériences détaillées ont révélé que la protéine membranaire Mitofusine 2 se lie directement à et facilite le transfert de la phosphatidylsérine (PS) qui est principalement synthétisée dans le réticulum endoplasmique (RE). La mitofusine 2 extrait le PS dans des membranes permettant le transfert du PS vers les mitochondries où le PS est converti en phosphatidyléthanolamine (PE) pour être envoyé à l'ER pour fabriquer de la phosphatidylcholine. Une carence en mitofusine 2 entraîne une réduction du transfert de PS du RE vers les mitochondries, ce qui altère le métabolisme des lipides. Ce transfert défectueux conduit à un stress du RE et provoque des symptômes de type NASH et un cancer. Il était clair que la mitofusine 2 hépatique subit une régulation négative dans le foie humain au cours de la progression de la simple stéatose à la NASH. L'étude décrit une nouvelle fonction de la mitofusine 2 dans le maintien du métabolisme des phospholipides. Le lien entre la mitofusine 2 et les phospholipides est particulièrement important car il peut influencer les propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires, anti-fibrotiques et plusieurs fonctions dépendantes de la membrane. La réexpression de la mitofusine 2 chez des souris sous régime alimentaire a amélioré la maladie du foie.

La présente étude décrit un nouveau mécanisme non signalé auparavant pour le développement de la stéatose hépatique non alcoolique et met en évidence la protéine mitofusine 2 comme une nouvelle cible thérapeutique possible pour le traitement de la stéatose hépatique non alcoolique. Les études futures se concentreront sur diverses approches qui pourraient augmenter les niveaux de mitofusine 2 sans provoquer d'effets secondaires.

***

{Vous pouvez lire le document de recherche original en cliquant sur le lien DOI ci-dessous dans la liste des sources citées}

Sources)

Hernández-Alvarez MI. et al. 2019. Le transfert déficient du réticulum endoplasmique-mitochondrial de la phosphatidylsérine provoque une maladie du foie. Cellule, 177 (4). https://doi.org/10.1016/j.cell.2019.04.010

Équipe SCIEU
Équipe SCIEUhttps://www.ScientificEuropean.co.uk
Scientifique Européen® | SCIEU.com | Avancées significatives de la science. Impact sur l'humanité. Esprits inspirants.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

- Publicité -

Articles les plus populaires

Une pilule unique pour traiter le diabète de type 2

Un revêtement temporaire qui imite les effets de l'estomac...

Homéopathie : toutes les allégations douteuses doivent être écartées

C'est désormais une voix universelle que l'homéopathie est...
- Publicité -