PUBLICITÉ

Résistance aux antibiotiques : un impératif pour arrêter l'utilisation inconsidérée et un nouvel espoir pour lutter contre les bactéries résistantes

MÉDECINERésistance aux antibiotiques : un impératif pour arrêter l'utilisation inconsidérée et un nouvel espoir pour lutter contre les bactéries résistantes

Des analyses et des études récentes ont suscité l'espoir de protéger l'humanité de la résistance aux antibiotiques, qui devient rapidement une menace mondiale.

La découverte des antibiotiques au milieu des années 1900 a été une étape importante dans l'histoire de la médecine, car il s'agissait d'un miracle thérapeutique pour de nombreuses infections bactériennes et maladies causant des bactéries. Les antibiotiques étaient autrefois qualifiés de « médicament miracle » et maintenant les antibiotiques sont indispensables à la fois dans les soins de santé de base et dans les soins médicaux et la technologie de pointe, car ils ont vraiment changé le monde en protégeant des vies et en étant un élément essentiel du traitement de diverses conditions médicales et en aidant dans les interventions chirurgicales critiques. procédures.

La résistance aux antibiotiques augmente à un rythme rapide

Les antibiotiques sont des médicaments qui sont naturellement produits par des micro-organismes et ils arrêtent ou tuent les bactéries de grandir. Il est d'une importance cruciale car les infections bactériennes ont tourmenté l'humanité à travers le temps. Or, les bactéries « résistantes » développent des défenses qui les protègent des effets des antibiotiques alors qu'elles les tuaient auparavant. Ces résistants les bactéries sont alors capables de résister à toute attaque d'antibiotiques et, par conséquent, si ces bactéries causent une maladie, les traitements standard cessent de fonctionner pour cette maladie, persistant les infections qui peuvent alors facilement se propager à d'autres. Ainsi, les antibiotiques « magiques » ont malheureusement commencé à échouer ou à devenir inefficaces, ce qui constitue une menace immense pour le système de santé dans le monde entier. Le nombre de bactéries résistantes cause déjà plus de 500,000 60 décès chaque année et érode l'efficacité des antibiotiques pour la prévention et la guérison en étant un tueur silencieux en résidant dans près de XNUMX% de la population mondiale sous une forme ou une autre. Résistance aux antibiotiques menace notre capacité à guérir de nombreuses maladies comme la tuberculose, la pneumonie et à réaliser des progrès dans les chirurgies, le traitement du cancer, etc. On estime qu'environ 50 millions de personnes mourront d'infections résistantes aux antibiotiques d'ici 2050 et le jour pourrait en fait venir où les antibiotiques ne peuvent plus être utilisés pour traiter les infections critiques de la manière dont ils sont utilisés actuellement. Cette question de la résistance aux antibiotiques est maintenant un sujet de santé important qui doit être abordé avec un sentiment d'urgence pour un avenir meilleur et la communauté médicale et scientifique et les gouvernements du monde entier prennent plusieurs mesures pour atteindre cet objectif.

Enquête de l'OMS : « l'ère post-antibiotique » ?

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré résistance aux antibiotiques un problème de santé hautement prioritaire et grave grâce à son système mondial de surveillance de la résistance aux antimicrobiens (GLASS) qui a été lancé en octobre 2015. Ce système collecte, analyse et partage des données sur la résistance aux antibiotiques dans le monde. En 2017, 52 pays (25 pays à revenu élevé, 20 pays à revenu intermédiaire et sept pays à faible revenu) se sont inscrits au programme GLASS. C'est un premier rapport1 contenant des informations sur les niveaux de résistance aux antibiotiques fournies par 22 pays (un demi-million de participants inscrits à l'enquête) montrant une croissance à un taux alarmant - dans l'ensemble une résistance énorme de 62 à 82 pour cent. Cette initiative de l'OMS vise à sensibiliser et à coordonner entre les différentes nations pour s'attaquer à ce grave problème au niveau mondial.

Nous aurions pu empêcher la résistance aux antibiotiques et pouvons encore

Comment en sommes-nous arrivés à cette phase de l'humanité où la résistance aux antibiotiques est devenue une menace mondiale ? La réponse à cette question est assez simple : nous avons extrêmement abusé et abusé d'antibiotiques. Les médecins ont trop prescrit des antibiotiques à tout ou partie des patients au cours des dernières décennies. Aussi, dans de nombreux pays, en particulier les pays en développement d'Asie et d'Afrique, antibiotiques sont disponibles en vente libre chez le pharmacien local et peuvent être achetés sans même nécessiter une prescription médicale. On estime que 50 % du temps, les antibiotiques sont prescrits pour une infection virale, où ils ne sont fondamentalement d'aucune utilité, car le virus terminera sa vie (généralement entre 3 et 10 jours), que des antibiotiques soient pris ou non. En fait, c'est tout simplement incorrect et un mystère pour beaucoup de savoir comment exactement les antibiotiques (qui ciblent les bactéries) auront un effet sur les virus ! Les antibiotiques pourraient « peut-être » soulager certains symptômes associés à l'infection virale. Même alors, cela continue d'être médicalement contraire à l'éthique. Le bon conseil devrait être que, puisqu'aucun traitement n'est disponible pour la plupart des virus, l'infection devrait suivre son cours et à l'avenir, ces infections devraient être évitées en suivant une hygiène stricte et en gardant son environnement propre. En outre, les antibiotiques sont couramment utilisés pour améliorer la production agricole dans le monde et nourrir le bétail et les animaux producteurs d'aliments (poulet, vache, porc) en tant que suppléments de croissance. Ce faisant, les humains courent également un risque énorme d'ingérer des substances résistantes aux antibiotiques. les bactéries qui résident dans ces aliments ou animaux provoquant un transfert rigoureux de souches bactériennes résistantes à travers les frontières.

Ce scénario est encore compliqué par le fait qu'aucun nouvel antibiotique n'a été développé par les sociétés pharmaceutiques au cours des dernières décennies - la dernière nouvelle classe d'antibiotiques pour les bactéries gram-négatives. les bactéries étaient les quinolones développées il y a quatre décennies. Ainsi, dans l'état actuel des choses, nous ne pouvons pas vraiment songer à empêcher résistance aux antibiotiques en ajoutant des antibiotiques plus nombreux et différents car cela ne fera que compliquer davantage les résistances et le transfert. De nombreux drogue les entreprises ont souligné que le développement de tout nouveau drogue est d'abord très coûteux car il s'agit d'un processus long nécessitant d'énormes investissements et le bénéfice potentiel de antibiotiques est généralement très faible pour que les entreprises soient incapables d'atteindre le seuil de rentabilité. Ceci est compliqué par le fait qu'une souche résistante se développerait pour un nouvel antibiotique quelque part dans le monde dans les deux ans suivant son lancement, car aucun cadre juridique n'est en place pour freiner l'abus d'antibiotiques. Cela ne semble pas vraiment prometteur d'un point de vue commercial aussi bien que médical et le développement de nouveaux antibiotiques n'est donc pas la solution pour la prévention de leur résistance.

L'OMS recommande un plan d'action2 pour prévenir la résistance aux antibiotiques :

a) Les professionnels de la santé et les travailleurs doivent effectuer une évaluation minutieuse et détaillée avant de prescrire des antibiotiques aux humains ou aux animaux. Une revue Cochrane de diverses méthodes3 visant à réduire l'abus d'antibiotiques dans n'importe quelle configuration clinique a conclu que la méthode de la «prescription de 3 jours» était assez efficace, dans laquelle le patient souffrant d'une infection (qui n'est pas bactérienne) est informé que son état s'améliorera dans 3 jours, sinon des antibiotiques peuvent être pris si les symptômes s'aggravent - ce qui n'est généralement pas le cas puisque l'infection virale a suivi son cours à ce moment-là. b) Le grand public doit pouvoir poser des questions en toute confiance lorsqu'on lui prescrit des antibiotiques et il ne doit prendre des antibiotiques que lorsqu'il est convaincu que cela est absolument nécessaire. Ils doivent également compléter le dosage prescrit pour empêcher la croissance rapide de souches bactériennes résistantes. c) Les agriculteurs et les éleveurs doivent suivre une utilisation réglementée et limitée d'antibiotiques et ne le faire que lorsque cela est important (par exemple, pour traiter une infection). d) Les gouvernements devraient mettre en place et suivre des plans au niveau national pour réduire l'utilisation d'antibiotiques1. Des cadres personnalisés doivent être mis en place pour les pays développés et les pays à revenu intermédiaire et faible en fonction de leurs besoins.

Maintenant que le mal est fait : lutter contre la résistance aux antibiotiques

Pour ne pas plonger dans une nouvelle ère « post-antibiotiques » et revenir à l'ère de la pré-pénicilline (premier antibiotique à découvrir), de nombreuses recherches se déroulent dans ce domaine chargé d'échecs et de succès occasionnels. De nombreuses études récentes montrent des moyens de lutter contre la résistance aux antibiotiques et peut-être de l'inverser. La première étude publiée en Journal de chimiothérapie antimicrobienne4 montre que lorsque les bactéries deviennent résistants, l'un des moyens qu'ils adoptent pour restreindre l'action des antibiotiques est de produire une enzyme (une β-lactamase) qui détruit tout antibiotique qui tente de pénétrer dans la cellule (pour le traitement). Ainsi, des moyens d'inhiber l'action de ces enzymes pourraient inverser avec succès la résistance aux antibiotiques. Dans une deuxième étude ultérieure de la même équipe à l'Université de Bristol, Royaume-Uni mais en collaboration avec l'Université d'Oxford publiée dans Microbiologie moléculaire5, ils ont analysé l'efficacité de deux types d'inhibiteurs de ces enzymes. Ces inhibiteurs (de la classe des boronates bicycliques) se sont révélés très efficaces sur un type particulier d'antibiotique (l'aztréonam) de sorte qu'en présence de cet inhibiteur, l'antibiotique était capable de tuer de nombreuses bactéries résistantes. Deux de ces inhibiteurs, l'avibactam et le vaborbactam, font actuellement l'objet d'essais cliniques et ont pu sauver la vie d'une personne souffrant d'une infection incurable. Les auteurs n'ont réussi qu'avec un type particulier de antibiotique, néanmoins, leurs travaux ont suscité l'espoir de renverser la tendance de la résistance aux antibiotiques.

Dans une autre étude publiée dans Rapports scientifiques6, des chercheurs de l'Université de Montréal ont mis au point une nouvelle approche pour bloquer le transfert de résistance entre bactéries, l'une des voies de propagation de la résistance aux antibiotiques dans les hôpitaux et les unités de santé. Les gènes responsables de la résistance des bactéries sont codés sur des plasmides (un petit L'ADN fragment qui peut se répliquer indépendamment) et ces plasmides se transfèrent entre les bactéries, diffusant ainsi la résistance les bactéries loin et au loin. Les chercheurs ont criblé par ordinateur une bibliothèque de petites molécules chimiques qui se lieraient à la protéine (TraE) essentielle à ce transfert de plasmide. Le site de liaison de l'inhibiteur est connu à partir de la structure moléculaire 3D de la protéine et il a été observé qu'une fois que les inhibiteurs potentiels étaient liés à la protéine, le transfert de plasmides porteurs de gènes résistants aux antibiotiques était considérablement réduit, suggérant ainsi une stratégie potentielle pour restreindre et inverser les antibiotiques. la résistance. Cependant, pour ce type d'étude, le 3D La structure moléculaire d'une protéine est requise, ce qui la rend légèrement limitante, car de nombreuses protéines doivent encore être caractérisées structurellement. Néanmoins, l'idée est encourageante et de tels inhibiteurs pourraient probablement jouer un rôle important dans les soins de santé quotidiens.

La résistance aux antibiotiques menace et compromet plusieurs décennies d'améliorations et de gains qui ont été réalisés chez l'homme la médecine et développement et la mise en œuvre de ce travail aura un impact direct énorme sur la capacité des gens à mener une vie saine.

***

{Vous pouvez lire le document de recherche original en cliquant sur le lien DOI ci-dessous dans la liste des sources citées}

Sources)

1. QUI. Rapport du système mondial de surveillance de la résistance aux antimicrobiens (GLASS). http://www.who.int/glass/resources/publications/early-implementation-report/en/ [Consulté le 29 janvier 2018].

2. QUI. Comment stopper la résistance aux antibiotiques ? Voici une prescription de l'OMS. http://www.who.int/mediacentre/commentaries/stop-antibiotic-resistance/en/. [Consulté le 10 février 2018].

3. Arnold SR. et Straus SE. 2005. Interventions pour améliorer les pratiques de prescription d'antibiotiques en soins ambulatoires.Cochrane Database Syst Rev. 19 (4). https://doi.org/10.1002/14651858.CD003539.pub2

4. Jiménez-Castellanos JC. et al. 2017. Modifications du protéome de l'enveloppe entraînées par la surproduction de RamA chez Klebsiella pneumoniae qui améliorent la résistance acquise aux β-lactamines. Journal de chimiothérapie antimicrobienne. 73 (1) https://doi.org/10.1093/jac/dkx345

5. Calvopiña K. et al.2017. Informations structurelles/mécaniques sur l'efficacité des inhibiteurs non classiques de la -lactamase contre les isolats cliniques de la sténotrophomonasmaltophilie largement résistants aux médicaments. Microbiologie moléculaire. 106(3). https://doi.org/10.1111/mmi.13831

6. Casu B. et al. 2017. Le criblage basé sur des fragments identifie de nouvelles cibles pour les inhibiteurs du transfert conjugatif de la résistance aux antimicrobiens par le plasmide pKM101. Rapports scientifiques. 7 (1). https://doi.org/10.1038/s41598-017-14953-1

Équipe SCIEU
Équipe SCIEUhttps://www.ScientificEuropean.co.uk
Scientifique Européen® | SCIEU.com | Avancées significatives de la science. Impact sur l'humanité. Esprits inspirants.

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

- Publicité -

Articles les plus populaires

Découverte du plus grand fossile d'ichthyosaure (dragon de mer) de Grande-Bretagne

Les restes du plus grand ichtyosaure de Grande-Bretagne (reptiles marins en forme de poisson) ont...

Extraterrestre : recherche de signatures de vie

L'astrobiologie suggère que la vie est abondante dans l'univers...

Découverte d'une nouvelle protéine humaine qui fonctionne comme ARN ligase : premier rapport d'une telle protéine...

Les ARN ligases jouent un rôle important dans la réparation de l'ARN,...
- Publicité -