PUBLICITÉ

Une consommation modérée d'alcool peut réduire le risque de démence

MÉDECINEUne consommation modérée d'alcool peut réduire le risque de démence

Une étude suggère que la consommation excessive d'alcool et l'abstinence totale contribuent au risque de développer une démence plus tard dans la vie.

Démence est un groupe de troubles cérébraux qui affectent les tâches cognitives mentales d'une personne comme la mémoire, les performances, la concentration, les capacités de communication, la perception et le raisonnement. La maladie d'Alzheimer est le type de démence le plus courant qui touche généralement les personnes de plus de 65 ans. Il s'agit d'une maladie progressive qui s'aggrave avec le temps et l'âge affectant la mémoire, les pensées et le langage et, malheureusement, il n'existe actuellement aucun remède pour La maladie d'Alzheimer. Il est important de comprendre les facteurs de risque de démence, c'est-à-dire ce qui rend une personne plus susceptible de présenter une démence en vieillissant. On pense que le risque de développer la maladie d'Alzheimer dépend d'une multitude de facteurs, notamment la maladie cardiaque, diabète, accident vasculaire cérébral, hypertension artérielle et taux de cholestérol élevé.

Dans une étude détaillée publiée dans British Medical Journal, des chercheurs de France et du Royaume-Uni ont suivi plus de 9000 23 fonctionnaires britanniques pendant une période moyenne de 1983 ans, commencée en 35. Lorsque l'étude a été lancée, l'âge des participants était compris entre 55 et XNUMX ans. Les chercheurs ont enregistré les dossiers hospitaliers, les registres de mortalité et l'accès aux services de santé mentale pour évaluer l'état de démence des participants. Parallèlement à cela, ils ont également enregistré le total de chaque participant de l'alcool consommation à intervalles hebdomadaires à l'aide de questionnaires spécialement conçus. Une consommation « modérée » d'alcool était définie comme 1 à 14 « unités » d'alcool par semaine. Une unité était égale à 10 millilitres. Il s'agit de la première et unique étude à mener un essai contrôlé randomisé - considéré comme l'étalon-or en médecine - pendant une période prolongée pour analyser la corrélation entre l'alcool et le risque de démence.

Les résultats ont montré que les participants qui buvaient plus de 14 unités d'alcool par semaine, risque de démence augmente à mesure que le nombre d'unités d'alcool consommées augmente. Chaque augmentation de la consommation de sept unités par semaine était associée à une augmentation de 17 % du risque de démence. Et si la consommation augmentait encore, entraînant une hospitalisation, le risque de démence grimpait à 400 %. À l'étonnement de l'auteur, l'abstinence d'alcool était également associée à 50 % de risque supplémentaire de développer une démence par rapport aux buveurs modérés. Ainsi, les buveurs excessifs et les abstentionnistes ont montré un risque accru même après avoir mis en place des contrôles pour l'âge, le sexe et les facteurs sociaux et économiques. Ce résultat met à nouveau l'accent sur une courbe en « J » montrant une corrélation entre l'alcool et le risque de démence, les buveurs modérés présentant le risque le plus faible. Une consommation modérée d'alcool a également été corrélée à d'autres meilleurs résultats pour la santé, notamment une diminution du risque de maladie cardiovasculaire, de cancer du sein, etc.

Ce résultat est certainement inattendu et très intéressant mais quelles en sont les implications. Une consommation élevée d'alcool peut certainement être diminuée par une personne, mais cette étude suggère-t-elle absolument qu'une consommation modérée d'alcool est une nécessité ? Ou est-ce que d'autres facteurs en dehors de l'abstinence ont contribué à un risque accru chez les abstinents d'alcool ? Il s'agit d'une discussion complexe et une variété d'aspects médicaux doivent être consultés avant d'arriver à une conclusion générale. Par exemple, des facteurs tels que l'hypertension artérielle ou la crise cardiaque pourraient avoir entraîné un risque accru chez les abstinents. Peut-être qu'une variété de facteurs contribuent au risque de démence.

Un inconvénient de cette étude était le recours à la consommation d'alcool autodéclarée, car il est clair que les gens ont tendance à sous-déclarer dans de telles circonstances. Tous les participants étaient tous des fonctionnaires, il est donc difficile de trouver une généralisation ou une étude distincte doit être menée qui prend en compte les facteurs socio-économiques. La plupart des participants étaient déjà dans la quarantaine lorsque l'étude a été lancée, par conséquent, le modèle de consommation d'alcool au début de l'âge adulte est complètement ignoré ici. Les auteurs déclarent que leur étude est principalement observationnelle et qu'aucune conclusion directe ne peut être tirée tant que sa portée n'est pas élargie.

Ce travail met à nouveau l'accent sur les facteurs de risque de la quarantaine. On pense que les changements dans le cerveau d'une personne commencent plus de deux décennies avant que quelqu'un ne présente des symptômes (par exemple, la démence). Une plus grande importance doit être accordée aux facteurs de risque de la quarantaine et du mode de vie qui peuvent être facilement modifiés dès la quarantaine. Ces facteurs de risque sont le poids, la glycémie et la santé cardiovasculaire. Une personne peut certainement modifier son risque de développer une démence plus tard dans la vie en apportant les changements appropriés à la quarantaine. Donner tout le crédit à la consommation d'alcool pour affecter un cerveau vieillissant serait peut-être fantaisiste, car des recherches supplémentaires sont nécessaires pour examiner directement le cerveau afin de mieux comprendre les troubles neurologiques.

***

{Vous pouvez lire le document de recherche original en cliquant sur le lien DOI ci-dessous dans la liste des sources citées}

Sources)

Sabia S et al. 2018. Consommation d'alcool et risque de démence : 23 ans de suivi de l'étude de cohorte Whitehall II. British Medical Journal. 362. https://doi.org/10.1136/bmj.k2927

***

Équipe SCIEU
Équipe SCIEUhttps://www.ScientificEuropean.co.uk
Scientifique Européen® | SCIEU.com | Avancées significatives de la science. Impact sur l'humanité. Esprits inspirants.

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

- Publicité -

Articles les plus populaires

CD24 : un agent anti-inflammatoire pour le traitement des patients atteints de COVID-19

Les chercheurs du Tel-Aviv Sourasky Medical Center ont terminé avec succès la Phase...

La consommation de boissons sucrées augmente le risque de cancer

Une étude montre une association positive entre la consommation de sucre...

Proteus : le premier matériau non découpable

La chute libre des pamplemousses à partir de 10 m n'abîme pas...
- Publicité -