PUBLICITÉ

Nouvelle thérapie médicamenteuse pour guérir la surdité

MÉDECINENouvelle thérapie médicamenteuse pour guérir la surdité

Des chercheurs ont traité avec succès la perte auditive héréditaire chez la souris à l'aide d'une petite molécule d'un médicament laissant espérer de nouveaux traitements contre la surdité

Perte auditive ou surdité est causée par l'hérédité génétique dans plus de 50 pour cent des personnes. C'est l'anomalie congénitale la plus courante qui peut engendrer des bébés. Les maladies génétiques héréditaires sont responsables de la surdité congénitale et contribuent à plus de 50 % des cas de surdité chez les nouveau-nés et les nourrissons. Une telle perte auditive affecte les membres d'une famille puisqu'une personne peut hériter d'un ou de plusieurs gènes mutés ou d'un gène indésirable provoquant cette perte. La perte auditive héréditaire présente à la naissance accompagne également d'autres santé des problèmes tels que des problèmes de vision et d'équilibre dans au moins 30 % des cas. Même lorsqu'un enfant ne présente pas de trouble auditif, il ou elle peut hériter de la mutation du gène. Cela signifie que la personne est un porteur. Un porteur d'une mutation génétique indésirable peut la transmettre à une future progéniture qui pourrait alors subir une perte auditive. Cette surdité est en grande partie incurable.

Dans une étude publiée dans Cellule, des scientifiques de l'Université de l'Iowa et de l'Institut national sur la surdité et autres troubles de la communication, ont découvert pour la première fois un médicament à petite molécule qui peut préserver l'audition chez des souris souffrant de surdité humaine progressive héréditaire. Les chercheurs ont pu restaurer en partie l'audition à des fréquences sonores mineures et également sauver quelques-unes des «cellules ciliées sensorielles» dans l'oreille interne. Cette étude a non seulement mis en lumière le mécanisme moléculaire exact qui sous-tend ce type particulier de surdité génétique (appelée DFNA27) mais propose un traitement médicamenteux potentiel pour celui-ci.

L'étude a commencé lorsque des chercheurs ont tenté d'analyser la base génétique de cette forme héréditaire de surdité il y a dix ans. Ils se sont penchés sur l'information génétique des membres d'une famille (appelée LMG2). La surdité était dominante dans cette famille, c'est-à-dire qu'ils portaient un gène dominant pour la surdité et que toute progéniture n'avait besoin d'hériter que d'une seule réplique du gène défectueux de la mère ou du père pour avoir ce type de surdité. Au cours de leur enquête qui a duré près d'une décennie, les chercheurs ont localisé la mutation à l'origine de la surdité dans une « région » appelée DFNA27. Cette région comprenait une douzaine de gènes qui, une fois modifiés, pouvaient entraîner une perte auditive. Par conséquent, l'emplacement exact de la mutation n'était toujours pas indiqué. Une série d'études ultérieures a permis de souligner le Restgene de souris (RE1 Silencing Transcription Factor) et les chercheurs ont découvert que le gène de Rest de souris est régulé par un processus rare dans les cellules sensorielles de l'oreille, ce qui est extrêmement vital pour la fonction auditive du mammifère. Les chercheurs ont ensuite commencé à examiner la région DFNA27 car il a été constaté que le gène humain Rest se trouve uniquement dans cette zone. Une fois que l'emplacement et la fonction de Restgene ont été mieux compris, une analyse plus approfondie a été effectuée pour voir ce qui pourrait moduler ce gène et aider à améliorer la surdité.

Le Restgene a ensuite été manipulé afin de créer le modèle de surdité sur lequel des expériences pourraient être réalisées. On a vu que les cellules ciliées sensorielles étaient détruites dans l'oreille interne des souris, les rendant sourdes. Des mutations similaires ont également été trouvées dans la famille LMG2. Lorsque la manipulation a été inversée, la protéine REST s'est éteinte et de nombreux gènes ont été activés, ce qui a entraîné la renaissance des cellules ciliées sensorielles et a aidé les souris à mieux écouter. Par conséquent, la clé est la protéine REST codée par le gène Rest. Cette protéine supprime normalement les gènes par une méthode appelée « désacétylation des histones ». Les chercheurs ont utilisé une petite molécule d'un médicament qui pourrait « agir comme un interrupteur » et pourrait bloquer ce processus de désacétylation des histones et ainsi désactiver la protéine REST. La désactivation du gène Rest a ensuite permis la construction de nouvelles cellules ciliées qui ont finalement partiellement restauré l'audition chez la souris.

Il s'agit d'une étude importante et pertinente pour analyser les mécanismes internes qui définissent le type de surdité héréditaire. Bien que cette étude ait été menée sur des souris, les stratégies découvertes ici pourraient être utilisées pour des tests sur l'homme. C'est un bon point de départ pour effectuer des études supplémentaires dans lesquelles les médicaments à base de petites molécules peuvent s'avérer efficaces dans le traitement de la surdité DFNA27. Cette étude pourrait également être potentiellement étendue à d'autres types de perte auditive progressive causée par des gènes héréditaires. Les pistes génétiques fournissent plus d'informations pour découvrir de nouvelles voies pour la conception de traitements potentiels pour la perte auditive chez l'homme. De plus, davantage de petites molécules pourraient être utilisées à l'avenir pour traiter la surdité héréditaire.

***

{Vous pouvez lire le document de recherche original en cliquant sur le lien DOI ci-dessous dans la liste des sources citées}

Sources)

Nakano Y et al 2018. Défauts de la régulation dépendant de l'épissage alternatif de REST causent la surdité. Cellule.
https://doi.org/10.1016/j.cell.2018.06.004

***

Équipe SCIEU
Équipe SCIEUhttps://www.ScientificEuropean.co.uk
Scientifique Européen® | SCIEU.com | Avancées significatives de la science. Impact sur l'humanité. Esprits inspirants.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

- Publicité -

Articles les plus populaires

Les antibiotiques aminosides pourraient être utilisés pour traiter la démence

Dans une recherche révolutionnaire, les scientifiques ont démontré que...

Le Conseil irlandais de la recherche prend plusieurs initiatives pour soutenir la recherche

Le gouvernement irlandais annonce un financement de 5 millions d'euros pour soutenir...

« Autofocals », un prototype de lunettes pour corriger la presbytie (perte de la vision de près)

Des scientifiques de l'Université de Stanford ont développé un prototype de...
- Publicité -