PUBLICITÉ

PARS : un meilleur outil pour prédire l'asthme chez les enfants

MÉDECINEPARS : un meilleur outil pour prédire l'asthme chez les enfants

Un outil informatique a été créé et testé pour prédire l'asthme chez les jeunes enfants

Asthme touche plus de 300 millions de personnes dans le monde et fait partie des maladies chroniques les plus courantes maladies faisant peser une lourde charge sur les coûts. L'asthme est une maladie complexe dans laquelle l'inflammation se produit dans les voies respiratoires, ce qui empêche le transfert d'une quantité suffisante d'oxygène vers les poumons, entraînant des symptômes tels qu'une toux constante, un essoufflement et une oppression thoracique. Les soins de l'asthme via des thérapies sont bien établis, mais de bons soins primaires pour l'asthme sont limités par le manque de personnel, de connaissances, de formation, de ressources, etc. Les coûts mondiaux des soins de l'asthme sont estimés à des milliards de livres par an.

Score de risque d'asthme pédiatrique (PARS) : un outil pour prédire l'asthme chez les jeunes enfants

Dans une étude publiée dans Journal d'allergie et d'immunologie clinique, les scientifiques ont conçu et évalué un outil de décision appelé score de risque d'asthme pédiatrique (PARS) qui peut prédire avec précision l'asthme chez les jeunes enfants1. Il se compose de critères tels que les données démographiques et les facteurs cliniques des patients, contrairement aux outils établis. Par rapport à l'indice de référence de l'Asthma Predictive Score (API), 43 % d'enfants supplémentaires ont été marqués par le score PARS comme allant de risque léger à modéré d'asthme. Les enfants présentant des facteurs de risque élevés ont été prédits de manière similaire par ces deux outils. Il est important d'identifier les enfants à risque léger ou modéré selon leurs besoins et qui peuvent mieux répondre aux stratégies de prévention de l'asthme.

L'outil PARS a été conçu en utilisant des données/facteurs qui ont prédit le développement de l'asthme à partir d'une étude de cohorte sur les allergies infantiles et la pollution atmosphérique à Cincinnati. Cette étude portait sur environ 800 nourrissons dont au moins un parent présentait au moins un symptôme d'allergie. Les enfants ont été examinés cliniquement chaque année à l'âge de 1, 2, 3, 4 et 7 ans pour l'apparition d'une maladie allergique à l'aide de tests cutanés. Les chercheurs ont vérifié 15 aéroallergènes (en suspension dans l'air) et allergènes alimentaires, notamment le chat, les moisissures, le lait de vache, les œufs et les cafards. Au total, 589 enfants ont été testés pour le développement de l'asthme à l'âge de 7 ans et diagnostiqués en utilisant une mesure standard de la fonction pulmonaire comme des tests spirométriques. 16% de ces enfants souffraient d'asthme et leurs parents ont été interrogés pour comprendre divers facteurs de risque qui auraient pu y contribuer. Les variables qui ont prédit l'asthme à l'aide du PARS étaient la respiration sifflante, la sensibilisation à 2 ou plusieurs allergènes alimentaires et/ou aéroportés et la race afro-américaine. Ces enfants avaient au moins un parent asthmatique et ils avaient également d'autres maladies comme l'eczéma et la rhinite allergique à un jeune âge.

Le nouveau modèle de PARS était 11 % plus sensible que l'API de référence. Le PARS est également meilleur et beaucoup moins invasif qu'environ 30 modèles établis qui sont utilisés pour prédire le développement de l'asthme. Le PARS est plus facile à mettre en œuvre et cette étude comprend une fiche PARS contenant l'outil de décision et les interprétations cliniques. PARS dispose également d'une application Web2 et le développement d'applications est actuellement en cours.

Par rapport à l'étalon-or Asthma Predictive Score (API) développé et utilisé depuis 2000, 43 pour cent d'enfants supplémentaires ont été marqués par le score PARS comme allant de léger à modéré de risque d'asthme, car l'API ne fournit qu'un « oui » ou un « non » pour le risque. Les enfants présentant des facteurs de risque élevés ont été prédits de manière similaire par ces deux outils. Il est essentiel d'identifier les enfants à risque léger ou modéré car ils en ont immédiatement besoin et peuvent mieux répondre aux stratégies de prévention de l'asthme avec une intervention précoce à un très jeune âge. Cela peut être utile pour soulager l'asthme avant le début des complications.

Le nouveau modèle de PARS était 11 % plus sensible et également plus précis que l'API de référence pour la prédiction de l'asthme au début de la vie. Les résultats ont été confirmés dans une autre étude menée au Royaume-Uni qui n'a pas inclus d'Afro-Américains. Le PARS est un outil plus robuste, valide et généralisé, de plus c'est une méthode moins invasive par rapport aux 30 modèles établis. Prédire l'asthme léger à modéré chez les enfants aussi jeunes que 1 à 2 ans peut avoir un impact majeur sur le contrôle de cette maladie. PARS est facile à mettre en œuvre et cette étude comprend une fiche PARS contenant l'outil de décision et les interprétations cliniques. PARS dispose également d'une application web2 et des applications sont disponibles pour les smartphones.

***

{Vous pouvez lire le document de recherche original en cliquant sur le lien DOI ci-dessous dans la liste des sources citées}

Sources)

1. Jocelyn M. 2019. Un score de risque d'asthme pédiatrique pour mieux prédire le développement de l'asthme chez les jeunes enfants. Journal of Allergy and Clinical Immunologyhttps://doi.org/10.1016/j.jaci.2018.09.037

2. Score de risque d'asthme pédiatrique. 2019. Enfants de Cincinnati. https://pars.research.cchmc.org [Consulté le 10 mars 2019]

Équipe SCIEU
Équipe SCIEUhttps://www.ScientificEuropean.co.uk
Scientifique Européen® | SCIEU.com | Avancées significatives de la science. Impact sur l'humanité. Esprits inspirants.

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

- Publicité -

Articles les plus populaires

Rajeunissement des vieilles cellules : faciliter le vieillissement

Une étude révolutionnaire a découvert une nouvelle façon de...

Stimulateur cérébral : un nouvel espoir pour les personnes atteintes de démence

Le «pacemaker» cérébral de la maladie d'Alzheimer aide les patients...
- Publicité -