PUBLICITÉ

PHILIP : Un rover à propulsion laser pour explorer les cratères lunaires ultra-froids pour l'eau

LES SCIENCESASTRONOMIE ET ​​SCIENCE DE L'ESPACEPHILIP : Un rover à propulsion laser pour explorer les cratères lunaires ultra-froids pour l'eau

Bien que les données des orbiteurs aient suggéré la présence de glace d'eau, l'exploration des cratères lunaires dans les régions polaires de la lune n'a pas été possible en raison de l'absence de technologie appropriée pour alimenter les rovers lunaires dans les zones extrêmement froides et perpétuellement sombres ayant une température de - 240°C. Le projet PHILIP (« Powering rovers by High Intensity Laser Induction on Planets ») commandé par l'Agence spatiale européenne est prêt à développer des prototypes qui fourniraient une puissance laser à ces rovers dans le but d'explorer les preuves de l'existence d'eau dans ces cratères.

Lune ne tourne pas sur son axe car il tourne autour de la terre, donc l'autre côté de la lune n'est jamais visible depuis la terre, mais les deux côtés reçoivent deux semaines de soleil suivis de deux semaines de nuit.

Cependant, il existe des zones creuses dans des cratères situés dans les régions polaires de la lune qui ne reçoivent jamais la lumière du soleil en raison d'un faible angle de lumière solaire qui laisse les intérieurs profonds des cratères dans l'ombre pour toujours. Cette obscurité perpétuelle dans les cratères polaires les rend super froids dans la plage de –240°C correspondant à environ 30 Kelvin, soit 30 degrés au-dessus du zéro absolu. Les données reçues des orbiteurs lunaires de l'ESA, de l'ISRO et de la NASA ont montré que ces zones d'ombre en permanence sont riches en hydrogène, suggérant la présence de d'eau (glace) dans ces cratères. Ces informations présentent un intérêt pour la science ainsi qu'une source locale « d'eau et d'oxygène » pour la future habitation humaine de la lune. Par conséquent, il y a un besoin d'un rover qui pourrait descendre dans de tels cratères, forer et apporter un échantillon pour des tests afin de confirmer la présence de glace là-bas. Étant donné que les rovers lunaires sont généralement alimentés à l'énergie solaire, cela n'a pas été réalisé jusqu'à présent car il n'a pas été possible d'assurer l'alimentation électrique des rovers pendant qu'ils explorent certains de ces cratères sombres.

Une considération était d'avoir des rovers à propulsion nucléaire, mais cela s'est avéré inapproprié pour l'exploration des glaces.

S'inspirant des rapports sur l'utilisation du laser pour alimenter les drones afin de les maintenir en l'air plus longtemps, le projet PHILIP ('Powering rovers by High Intensity Laser Induction on Planets') a été chargé par l'Agence spatiale européenne de concevoir un alimenté au laser mission d'exploration.

Le projet PHILIP est maintenant terminé et l'ESA fait un pas de plus vers l'alimentation des rovers lunaires avec des lasers pour explorer l'obscurité super froide cratères lunaires près des pôles.

L'ESA commencerait maintenant à développer des prototypes pour explorer les cratères sombres qui fourniraient des preuves pour la confirmation de la présence d'eau (glace) conduisant à la réalisation du rêve humain d'habiter ce satellite.

***

Sources:

L'Agence spatiale européenne 2020. Activation et soutien / Ingénierie et technologie spatiales. Rover à laser pour explorer les ombres sombres de la Lune. Publié le 14 mai 2020. Disponible en ligne sur http://www.esa.int/Enabling_Support/Space_Engineering_Technology/Laser-powered_rover_to_explore_Moon_s_dark_shadows Consulté le 15 mai 2020.

***

Équipe SCIEU
Équipe SCIEUhttps://www.ScientificEuropean.co.uk
Scientifique Européen® | SCIEU.com | Avancées significatives de la science. Impact sur l'humanité. Esprits inspirants.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

- Publicité -

Articles les plus populaires

B.1.617 Variante du SRAS COV-2 : virulence et implications pour les vaccins

La variante B.1.617 qui a causé le récent COVID-19...

Inflammasome NLRP3 : une nouvelle cible médicamenteuse pour le traitement des patients COVID-19 gravement malades

Plusieurs études indiquent que l'activation de l'inflammasome NLRP3 est...

Nouveau pansement en nanofibres pour une cicatrisation efficace des plaies

Des études récentes ont développé de nouveaux pansements qui accélèrent...
- Publicité -