PUBLICITÉ

L'entraînement en résistance en lui-même n'est pas optimal pour la croissance musculaire ?

SANTÉL'entraînement en résistance en lui-même n'est pas optimal pour la croissance musculaire ?

Une étude récente suggère que la combinaison d'un exercice à haute résistance à la charge pour un groupe musculaire (comme des flexions des biceps avec haltères relativement lourdes) avec un exercice à faible charge (comme des flexions des biceps avec haltères très légères pour de nombreuses répétitions) est supérieure pour la construction musculaire que juste le exercice à charge élevée, et cet exercice à faible charge n'est pas réellement inutile ou inhibiteur pour la croissance musculaire.

Des recherches récentes montrent que l'entraînement en résistance seul est inférieur à l'entraînement en résistance combiné à un entraînement d'endurance (dans ce cas, un cyclisme d'intensité modérée) en termes de marqueurs d'anabolisme musculaire (croissance)1. Ceci est contraire aux opinions populaires qui résistance l'entraînement est la seule forme d'exercice hypertrophique (induisant la croissance musculaire), que l'exercice de faible intensité inhibe la croissance musculaire et qu'il peut en fait provoquer une dégradation musculaire. Par conséquent, cette étude suggère que la combinaison d'un exercice à haute résistance à la charge pour un groupe musculaire (comme des boucles de biceps haltères relativement lourdes) avec un exercice à faible charge (comme des boucles de biceps haltères très légères pour de nombreuses répétitions) est supérieure pour la construction musculaire que juste l'exercice à charge élevée, et que l'exercice à faible charge n'est pas réellement inutile ou inhibiteur pour la croissance musculaire.

Des recherches antérieures ont démontré que la combinaison de l'entraînement en force et en endurance permet de gagner moins de force que l'entraînement en force seul.1. C'est ce qu'on appelle "l'effet d'interférence"1. Cependant, on ne sait pas si cet effet se produit également lorsque l'on examine les résultats de croissance ou proxies de la croissance musculaire. mTOR (stimulé par l'entraînement en résistance) provoque la croissance et l'AMPK (stimulée par l'entraînement d'endurance pour provoquer des adaptations aérobies) limite la croissance musculaire1, ces marqueurs peuvent donc être utilisés comme proxy pour voir si un muscle est dans un état anabolique (en croissance).

Cette étude a examiné les effets de l'entraînement en résistance seul (RES), de l'entraînement en résistance avec cyclisme d'intensité modérée (RES+MIC) ou de l'entraînement en résistance avec cyclisme par intervalles à haute intensité (RES+HIIC) sur les niveaux de mTOR et d'AMPK dans le muscle vaste latéral ( VL) dans les cuisses frontales des cyclistes avant et 3 heures après un protocole d'exercice. Étonnamment, le groupe RES avait le mTOR le plus bas 3 heures après l'exercice, RES+HIIC avait un mTOR plus élevé et RES+MIC avait le mTOR le plus élevé1. Cette découverte suggère qu'il y avait une plus grande réponse anabolique dans le muscle VL du groupe d'entraînement en résistance qui a fait un exercice à faible charge (cyclisme d'intensité modérée) après un exercice à charge élevée (back-squat, présumé être avec une barre).

Cependant, l'AMPK a également montré la même tendance après l'exercice (l'AMPK était la plus faible en RES et la plus élevée en RES + MIC)1. Il s'agit d'une découverte intéressante car l'AMPK et le mTOR devraient être des antagonistes en raison de fonctions opposées en termes d'anabolisme, mais les deux ont montré des tendances similaires suggérant qu'ils n'interagissent pas les uns avec les autres mais sont plutôt stimulés indépendamment.

Peut-on conclure de cette recherche que combiner résistance et endurance est optimal pour la croissance musculaire ? Non, car cette étude a des limites énormes. Premièrement, les cyclistes sont des athlètes entraînés à l'endurance, il est donc prévu qu'ils se soient adaptés à l'exercice d'endurance, qu'ils aient donc une réponse moins stressante et qu'ils puissent donc plus probablement avoir une réponse moins catabolique lorsque l'exercice d'endurance est introduit (par exemple, une élévation moindre de l'AMPK peut avoir été observé que si les gens ordinaires étaient étudiés) ; les gens ordinaires réagiraient probablement différemment en termes de biomarqueurs. Deuxièmement, l'AMPK favorise les processus cataboliques (dégradation musculaire)2 ainsi, l'augmentation de l'AMPK dans le groupe RES+MIC pourrait représenter une augmentation du catabolisme musculaire, ce qui est contraire au message de l'étude qui suggère aux lecteurs que combiner l'entraînement en résistance et l'exercice d'endurance est plus susceptible de favoriser la croissance musculaire. Troisièmement, l'étude n'a pas examiné le renouvellement net des protéines musculaires (lorsque les processus anaboliques et cataboliques sont inclus, que l'effet net soit anabolique ou catabolique). Enfin, l'étude ne comptait que 8 volontaires inclus dans l'étude, ce qui signifie que chaque groupe comptait 2 à 3 personnes par groupe, ce qui rend la marge d'erreur massive dans l'étude. Par conséquent, cette étude ne devrait probablement pas être utilisée comme prescription pour l'exercice physique, car les résultats réels du développement musculaire n'ont pas été explorés en ce qui concerne les individus non adaptés à l'endurance, mais elle met en lumière les effets de différentes formes d'exercice sur les biomarqueurs du muscle. développement.

***

Références:  

  1. Jones, TW, Eddens, L., Kupusarevic, J. et al. L'intensité de l'exercice aérobie n'affecte pas la signalisation anabolique après un exercice de résistance chez les athlètes d'endurance. Sci Rep 11, 10785 (2021). Publication : 24 mai 2021. DOI : https://doi.org/10.1038/s41598-021-90274-8 
  1. Thomson DM (2018). Le rôle de l'AMPK dans la régulation de la taille, de l'hypertrophie et de la régénération des muscles squelettiques. Revue internationale des sciences moléculaires19(10), 3125. https://doi.org/10.3390/ijms19103125 

***

Inscrivez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

- Publicité -

Articles les plus populaires

Proteus : le premier matériau non découpable

La chute libre des pamplemousses à partir de 10 m n'abîme pas...

Nanostructures d'origami d'ADN pour le traitement de l'insuffisance rénale aiguë

Une nouvelle étude basée sur la nanotechnologie génère de l'espoir pour...

PROBA-V termine 7 ans dans l'orbite au service de l'humanité

Le satellite belge PROBA-V, développé par l'Agence spatiale européenne...
- Publicité -