PUBLICITÉ

Psittacose en Europe : une augmentation inhabituelle des cas de Chlamydophila psittaci 

En février 2024, cinq pays de la région européenne de l’OMS (Allemagne, Autriche, Danemark, Suède et Pays-Bas) ont signalé une augmentation inhabituelle des cas de psittacose en 2023 et début 2024, particulièrement marquée depuis novembre-décembre 2023. Cinq décès ont été enregistrés. également rapporté. Une exposition à des oiseaux sauvages et/ou domestiques a été signalée dans la plupart des cas.  

La psittacose est une infection respiratoire causée par Chlamydophila psittaci (C. psittaci), la bactérie qui infecte souvent les oiseaux. Les infections humaines se produisent principalement par contact avec les sécrétions d'oiseaux infectés et sont principalement associées aux personnes qui travaillent avec des oiseaux de compagnie, aux éleveurs de volailles, aux vétérinaires, aux propriétaires d'oiseaux de compagnie et aux jardiniers dans les zones où C. psittaci est épizootique dans la population d'oiseaux indigènes. La transmission des maladies à l'homme se fait principalement par l'inhalation de particules en suspension dans l'air provenant des sécrétions respiratoires, des excréments séchés ou de la poussière de plumes. Un contact direct avec les oiseaux n’est pas nécessaire pour qu’une infection se produise. 

En général, la psittacose est une maladie bénigne, caractérisée par des symptômes tels que fièvre et frissons, maux de tête, douleurs musculaires et toux sèche. Les signes et symptômes apparaissent généralement dans les 5 à 14 jours suivant l’exposition à la bactérie.  

Un traitement antibiotique rapide est efficace et permet d'éviter des complications telles que la pneumonie. Avec un traitement antibiotique approprié, la psittacose entraîne rarement la mort (moins de 1 cas sur 100). 

La psittacose humaine est une maladie à déclaration obligatoire dans les pays touchés en Europe. Des enquêtes épidémiologiques ont été mises en œuvre pour identifier les expositions potentielles et les groupes de cas. Les systèmes de surveillance nationaux surveillent de près la situation, notamment en analysant en laboratoire des échantillons d'oiseaux sauvages soumis à des tests de détection de la grippe aviaire afin de vérifier la prévalence de C. psittaci parmi les oiseaux sauvages. 

Dans l’ensemble, cinq pays de la région européenne de l’OMS ont signalé une augmentation inhabituelle et inattendue des cas signalés de C. psittaci. Certains des cas signalés ont développé une pneumonie et ont entraîné une hospitalisation, et des cas mortels ont également été signalés. 

La Suède a signalé une augmentation générale des cas de psittacose depuis 2017, qui pourrait être associée à l'utilisation accrue de panels de réaction en chaîne par polymérase (PCR) plus sensibles. L’augmentation des cas de psittacose signalés dans tous les pays nécessite des investigations supplémentaires pour déterminer s’il s’agit d’une véritable augmentation des cas ou d’une augmentation due à des techniques de surveillance ou de diagnostic plus sensibles. 

À l’heure actuelle, rien n’indique que cette maladie se propage par l’homme à l’échelle nationale ou internationale. En général, les gens ne transmettent pas la bactérie responsable de la psittacose à d’autres personnes, il existe donc une faible probabilité de transmission interhumaine de la maladie.  

S'il est correctement diagnostiqué, cet agent pathogène peut être traité par des antibiotiques. 

L'OMS recommande les mesures suivantes pour la prévention et le contrôle de la psittacose : 

  • accroître la sensibilisation des cliniciens à tester les cas suspects de C. psittaci pour le diagnostic par RT-PCR. 
  • sensibiliser davantage les propriétaires d'oiseaux en cage ou domestiques, en particulier les psittacidés, au fait que l'agent pathogène peut être transporté sans maladie apparente. 
  • mettre en quarantaine les oiseaux nouvellement acquis. Si un oiseau est malade, contactez le vétérinaire pour un examen et un traitement. 
  • effectuer une surveillance de C. psittaci chez les oiseaux sauvages, y compris potentiellement des spécimens existants collectés pour d'autres raisons. 
  • encourager les personnes ayant des oiseaux de compagnie à garder les cages propres, à positionner les cages de manière à ce que les excréments ne puissent pas se propager entre elles et à éviter les cages surpeuplées. 
  • promouvoir une bonne hygiène, y compris le lavage fréquent des mains, lors de la manipulation des oiseaux, de leurs excréments et de leur environnement. 
  • des pratiques standard de contrôle des infections et des précautions contre la transmission des gouttelettes doivent être mises en œuvre pour les patients hospitalisés. 

*** 

Référence:  

Organisation mondiale de la santé (5 mars 2024). Nouvelles sur les épidémies ; Psittacose – Région européenne. Disponible à: https://www.who.int/emergencies/disease-outbreak-news/item/2024-DON509 

*** 

Équipe SCIEU
Équipe SCIEUhttps://www.ScientificEuropean.co.uk
Scientifique Européen® | SCIEU.com | Avancées significatives de la science. Impact sur l'humanité. Esprits inspirants.

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

Articles les plus populaires

L'eau en bouteille contient environ 250 90 particules de plastique par litre, dont XNUMX % sont des nanoplastiques.

Une étude récente sur la pollution plastique au-delà du micron...

Une consommation modérée d'alcool peut réduire le risque de démence

Likez si vous avez aimé la vidéo, abonnez-vous à Scientific...

Prix ​​Nobel de Chimie 2023 pour la découverte et la synthèse des points quantiques  

Le prix Nobel de chimie de cette année a été décerné...
- Publicité -
94,556VentilateursComme
47,690AbonnésFOLLOW
1,772AbonnésFOLLOW
30AbonnésS'abonner