PUBLICITÉ

Barrières linguistiques pour les « anglophones non natifs » en sciences 

Les anglophones non natifs sont confrontés à plusieurs obstacles dans la conduite d'activités scientifiques. Ils sont désavantagés dans la lecture d'articles en anglais, la rédaction et la relecture de manuscrits, ainsi que la préparation et la réalisation de présentations orales lors de conférences en anglais. Avec peu de soutien disponible aux niveaux institutionnel et sociétal, les anglophones non natifs doivent surmonter ces inconvénients dans la construction de leur carrière scientifique. Étant donné que 95 % de la population mondiale n'est pas de langue maternelle anglaise et que la population générale est la source des chercheurs, il est impératif de résoudre les problèmes auxquels ils sont confrontés dans la conduite d'activités scientifiques, car la science ne peut pas se permettre de manquer les contributions d'un si grand bassin inexploité. L'utilisation d'outils basés sur l'IA pourrait réduire les barrières linguistiques pour les « anglophones non natifs » dans l'enseignement et la recherche scientifiques en fournissant des traductions et des relectures de bonne qualité. Scientific European utilise un outil basé sur l'IA pour fournir des traductions d'articles dans plus de 80 langues. Les traductions ne sont peut-être pas parfaites, mais lorsqu'elles sont lues avec l'article original en anglais, cela facilite la compréhension et l'appréciation de l'idée. 

La science est peut-être le « fil » commun le plus important qui unifie les sociétés humaines en proie à des lignes de fracture idéologiques et politiques. Nos vies et nos systèmes physiques reposent en grande partie sur la science et la technologie. Son importance dépasse les dimensions physiques et biologiques. C'est plus qu'un simple ensemble de connaissances; la science est une façon de penser. Et nous avons besoin d'un langage pour penser, accéder et échanger des idées et des informations et diffuser les progrès de la science. C'est ainsi que la science progresse et fait avancer l'humanité.  

Pour des raisons historiques, l'anglais est apparu comme lingua franca pour les personnes de nombreux groupes ethniques différents et moyen d'enseignement et de recherche scientifiques dans de nombreux pays. Il existe une riche base de connaissances et de ressources en anglais à la fois pour les « gens de la science » et pour « le grand public à l'esprit scientifique ». Dans l'ensemble, l'anglais a bien servi à connecter les gens et à diffuser la science.  

En tant qu'anglophone non natif d'une petite ville, je me souviens avoir fait des efforts supplémentaires pendant mes années d'université pour comprendre les manuels d'anglais et la littérature scientifique. Il m'a fallu plusieurs années d'études universitaires pour être à l'aise avec l'anglais. Par conséquent, sur la base de mon expérience personnelle, j'ai toujours pensé que les anglophones non natifs en sciences devaient faire un effort supplémentaire pour être à égalité avec les anglophones natifs en termes de capacité à comprendre les articles de recherche pertinents et à communiquer efficacement par le biais de manuscrits écrits et de présentations orales. séminaires et conférences. Une enquête récemment publiée fournit des preuves substantielles à l'appui de cela.  

Dans une étude publiée dans PLOS le 18th En juillet 2023, les auteurs ont interrogé 908 chercheurs en sciences de l'environnement pour estimer et comparer la quantité d'efforts nécessaires pour mener des activités scientifiques en anglais entre des chercheurs de différents pays et d'horizons linguistiques et économiques différents. Le résultat a montré un niveau significatif de barrière linguistique pour les anglophones non natifs. Les anglophones non natifs ont besoin de plus de temps pour lire et écrire un article. Ils nécessitent plus d'efforts pour relire un manuscrit. Leurs manuscrits sont plus susceptibles d'être rejetés par les revues en raison de l'écriture en anglais. De plus, ils sont confrontés à des obstacles majeurs dans la préparation et la réalisation de présentations orales lors de séminaires et de conférences organisés en anglais. L'étude n'a pas pris en compte le stress mental, les opportunités perdues et les cas de ceux qui ont abandonné en raison de la barrière de la langue. Par conséquent, les conséquences globales sur les anglophones non natifs sont susceptibles d'être plus graves que celles trouvées par cette étude. En l'absence de tout soutien institutionnel, il appartient aux anglophones non natifs de faire des efforts et des investissements supplémentaires pour surmonter les obstacles et construire des carrières scientifiques. L'étude recommande la fourniture d'un soutien lié à la langue aux niveaux institutionnel et sociétal afin de minimiser les désavantages pour les anglophones non natifs. Étant donné que 95 % de la population mondiale n'est pas anglophone et que la population générale est la source ultime de chercheurs, la fourniture d'un soutien aux niveaux institutionnel et sociétal est impérative. La société ne peut pas se permettre de manquer les contributions scientifiques d'un si grand bassin inexploité1.  

L'intelligence artificielle (IA) est un développement scientifique qui a le potentiel de résoudre certains des problèmes importants rencontrés par les anglophones non natifs à très faible coût. De nombreux outils d'IA sont désormais disponibles dans le commerce et fournissent des traductions neuronales de bonne qualité dans presque toutes les langues. Il est également possible de relire des manuscrits à l'aide d'outils d'IA. Ceux-ci peuvent réduire les efforts et les coûts de traduction et de relecture.  

Pour la commodité des anglophones et des lecteurs non natifs, Scientifique Européen utilise un outil basé sur l'IA pour fournir une traduction neuronale de bonne qualité d'articles dans plus de 80 langues couvrant la quasi-totalité de l'humanité. Les traductions ne sont peut-être pas parfaites, mais lorsqu'elles sont lues avec l'article original en anglais, la compréhension et l'appréciation de l'idée deviennent faciles. En tant que magazine scientifique, Scientific European vise à diffuser les développements significatifs de la science et de la technologie auprès des lecteurs généraux à l'esprit scientifique, en particulier les jeunes esprits, dont beaucoup choisiront des carrières scientifiques à l'avenir.  

*** 

La source:  

  1. Amano T., et al 2023. Les multiples coûts d'être un anglophone non natif en science. PLO. Publié : 18 juillet 2023. DOI : https://doi.org/10.1371/journal.pbio.3002184  

*** 

Umesh Prasad
Umesh Prasad
Journaliste scientifique | Rédacteur fondateur, magazine Scientific European

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

Articles les plus populaires

Pourquoi est-il important d’être tenace ?  

La ténacité est un facteur de réussite important. Cortex médio-cingulaire antérieur...

Rajeunissement des vieilles cellules : faciliter le vieillissement

Une étude révolutionnaire a découvert une nouvelle façon de...

COVID-19 : Utilisation de l'oxygénothérapie hyperbare (OHB) dans le traitement des cas graves

La pandémie de COVID-19 a eu un impact économique majeur sur tous les...
- Publicité -
94,521VentilateursComme
47,682AbonnésFOLLOW
1,772AbonnésFOLLOW
30AbonnésS'abonner