PUBLICITÉ

Un cadre unique semblable à un utérus génère de l'espoir pour des millions de bébés prématurés

MÉDECINEUn cadre unique semblable à un utérus génère de l'espoir pour des millions de bébés prématurés

Une étude a développé et testé avec succès un vaisseau externe semblable à un utérus sur des bébés moutons, générant de l'espoir pour les bébés humains prématurés à l'avenir

An artificiel utérus conçu et développé avec l'intention de soutenir les bébés prématurés fragiles a été démontré avec succès pour la première fois chez les animaux (bébé mouton ici). Cette étude publiée dans Nature Communications est une percée scientifique majeure pour l'année 2017 et a généré un immense espoir pour les nouveau-nés prématurés. C'est le genre d'étude qui touche immédiatement le grand public car elle a un énorme potentiel d'affecter la vie de millions de bébés prématurés dans le monde.

Imiter l'utérus

L'étude dirigée par le professeur Alan Flake, chirurgien et directeur du Center for Fetal Research du Center for Fetal Diagnosis and Treatment de l'Hôpital pour enfants de Philadelphie, aux États-Unis, montre que les agneaux nés prématurément (à l'équivalent de 23 ou 24 semaines de gestation nourrisson humain) ont été maintenus en vie avec succès et ont également semblé se développer normalement tout en flottant à l'intérieur d'un transparent, comme un utérus conteneur ou navire de soutien, appelé « Biobag ».

Ce nouveau système actuel imite la vie dans l'utérus d'aussi près que possible en utilisant les connaissances des recherches néonatales précédentes. Il utilise un récipient ou un récipient en plastique rempli de liquide distinctif attaché à d'autres machines conçues sur mesure qui fournissent le soutien physiologique nécessaire. Les fœtus d'agneaux grandissent dans un environnement stérile, scellé, à température contrôlée, isolé de toute variation (température, pression ou lumière) et des infections dangereuses, tout en respirant le liquide amniotique comme ils le feraient normalement dans le utérus. Le cœur du bébé pompe le sang via le cordon ombilical dans l'oxygénateur externe à faible résistance du système qui remplace très intelligemment le placenta de la mère en échangeant de l'oxygène et du dioxyde de carbone. Ceci est extrêmement nécessaire car à cette période de gestation, les poumons du bébé ne sont pas encore développés pour respirer l'oxygène de l'atmosphère. Différents moniteurs électroniques mesurent en permanence leurs signes vitaux. Pour que le système réussisse, ses appareils d'entrée et de sortie ont été continuellement conçus et repensés à intervalles réguliers. Les agneaux ont continué à grandir avec succès dans le Biobag pendant quatre semaines complètes (670 heures sur 28 jours) après leur naissance et ont montré une respiration, une déglutition, des mouvements oculaires, des signes d'activité, de la laine germée et une croissance et une maturation des organes normales. Les chercheurs appellent cela un « spectacle grandiose », mais néanmoins, ils déclarent que leur système a besoin d'une évaluation et d'un raffinement continus.

Les chercheurs n'ont pas essayé d'étendre la viabilité à une période antérieure à la marque actuelle de 23 semaines en raison de plusieurs limitations qui augmentent les risques, notamment la taille, le fonctionnement physiologique imposerait des risques inacceptablement élevés. La plupart des agneaux de l'étude ont été euthanasiés avant d'atteindre leur terme pour une évaluation plus approfondie ; Cependant, l'un d'eux est maintenant un mouton cultivé en bonne santé.

Naissances prématurées : un lourd fardeau

Il a été prédit que 15 millions de bébés humains naissent prématurément (avant 37 semaines) chaque année dans le monde et ce nombre ne fait qu'augmenter. Le taux de naissances prématurées varie de 5 % à 18 % des bébés nés dans 184 pays à travers le monde. Les complications liées aux naissances prématurées sont l'une des principales causes de décès chez les enfants de moins de 5 ans.

La majorité des décès de nourrissons sont attribués à la prématurité même après une amélioration significative des pratiques de soins néonatals. Et même si les nourrissons fragiles qui sont capables de survivre à une période de 23 à 23 semaines (30 à 50 % le font), ils doivent toujours souffrir d'une qualité de vie inférieure, confrontés à des problèmes de santé permanents et même à une invalidité permanente dans de nombreux cas. De plus, l'accès à des soins de haut niveau affecte les résultats différemment dans chaque cas. Ces scénarios imposent également un fardeau financier et émotionnel aux parents ainsi qu'au secteur de la santé.

Maintenant les moutons, ensuite les humains ?

Cette étude teste et surveille les effets sur les fœtus d'agneaux et on sait déjà que le développement pulmonaire prénatal chez le mouton est très similaire à celui de l'homme. Bien que le cerveau des moutons se développe à un rythme quelque peu différent de celui des humains. Le système actuel devra être réduit pour les nourrissons humains, qui représentent environ un tiers de la taille des agneaux nourrissons utilisés dans l'étude. Si cela réussit de la même manière pour les bébés humains au cours des 1 à 2 prochaines décennies, il existe une probabilité étonnante que les nourrissons extrêmement prématurés continuent de se développer dans des chambres ou des vaisseaux remplis de utérus comme le liquide amniotique, plutôt que de s'appuyer sur des incubateurs soutenus par des ventilateurs et n'aura pas à souffrir de plusieurs procédures invasives.

Les tests humains qui peuvent être poursuivis à partir de cette étude sont encore, de manière réaliste, dans quelques décennies, mais cette étude prédit certainement un succès similaire possible sur les nourrissons humains. L'objectif principal est de franchir le seuil de 28 semaines pour les bébés prématurés humains, ce qui réduit alors les conséquences graves sur la vie. Un tel système extra-utérin/artificiel l'utérus s'il est développé pour la croissance et la maturation des organes pendant seulement quelques semaines peut considérablement améliorer les résultats pour les bébés humains prématurés.

C'est une science fascinante et extraordinaire

En regardant cette étude, nous pourrions commencer à imaginer un monde où les bébés peuvent grandir dans un environnement simulé artificiellement utérus éliminant ainsi les risques potentiels pour la santé de la grossesse qui affectent la mère ainsi que le bébé à naître. Cependant, nous ne pouvons pas nous laisser emporter par ces pensées, car supprimer l'élément le plus important - "le créateur et le nourricier de la vie" - la mère de l'ensemble du processus ferait vraiment de la croissance des bébés (de 0 à 9 mois) une affaire de science fiction avec tout le développement initial se déroulant littéralement sur une machine. L'idée que les chercheurs ont propagée n'est pas d'« éliminer complètement » les mères mais plutôt de fournir une technologie pour réduire et/ou prévenir la mortalité et la morbidité causées par les naissances prématurées.

***

{Vous pouvez lire le document de recherche original en cliquant sur le lien DOI ci-dessous dans la liste des sources citées}

Sources)

Partridge EA et al. 2017. Un système extra-utérin pour soutenir physiologiquement l'agneau grand prématuré. Communications Nature. 8 (15112) http://doi.org/10.1038/ncomms15112.

Équipe SCIEU
Équipe SCIEUhttps://www.ScientificEuropean.co.uk
Scientifique Européen® | SCIEU.com | Avancées significatives de la science. Impact sur l'humanité. Esprits inspirants.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

- Publicité -

Articles les plus populaires

L'ADN peut être lu en avant ou en arrière

Une nouvelle étude révèle que l'ADN bactérien peut être...

Agriculture durable : conservation économique et environnementale pour les petits agriculteurs

Un rapport récent montre une initiative d'agriculture durable en...

Une nouvelle approche pour traiter l'obésité

Des chercheurs ont étudié une approche alternative pour réguler le système immunitaire...
- Publicité -