PUBLICITÉ

Vers une meilleure compréhension de la dépression et de l'anxiété

LES SCIENCESSCIENCE DU COMPORTEMENTVers une meilleure compréhension de la dépression et de l'anxiété

Les chercheurs ont étudié les effets détaillés de la «pensée pessimiste» qui se produit dans l'anxiété et la dépression

Plus de 300 millions et 260 millions de personnes dans le monde souffrent de Dépression et l’anxiété, accéder à un meilleur sommeil, respectivement. Plusieurs fois, une personne souffre de ces deux conditions. Les problèmes psychiatriques comme la dépression et l'anxiété sont dévastateurs pour les patients et leurs familles et ils sont extrêmement difficiles à traiter. Les patients souffrant de ces troubles neuropsychiatriques ont tendance à ressentir une gamme d'émotions et d'humeurs négatives, ce qui les rend plus pessimistes, les obligeant ainsi à se concentrer davantage sur les inconvénients d'une situation donnée. Un traitement personnalisé spécifique peut généralement aider les patients à soulager certains des symptômes de ces troubles. Un type de psychothérapie – la thérapie cognitivo-comportementale – est utile pour freiner les pensées et les émotions négatives. La thérapie interpersonnelle est également couramment utilisée pour de meilleurs résultats pour les patients. Médicaments sont également conseillés avec une psychothérapie et parfois une thérapie interpersonnelle.

Comprendre les effets de la dépression et des troubles anxieux

Dans une étude publiée dans Neuron les scientifiques ont étudié comment les émotions sont contrôlées par notre cerveau. L'objectif principal des chercheurs était de déterminer s'ils pouvaient reproduire l'effet sur le cerveau qui arrive aux personnes souffrant de dépression, d'anxiété ou d'autres troubles similaires. Ces patients ont une pensée très négative et ils ont tendance à accorder plus de poids aux aspects négatifs et aux résultats de toute situation particulière.

Le groupe de chercheurs du MIT a identifié une région du cerveau liée à la prise de décision émotionnelle et responsable de la génération d'humeurs pessimistes. Cette région est appelée « noyau caudé » et lorsqu'elle est stimulée, elle entraîne la génération d'humeurs et/ou de décisions négatives. Cette étude a été menée chez l'animal pour l'instant. On a vu que l'animal se concentrait davantage sur les inconvénients négatifs des situations et non sur les avantages chaque fois que cette région était stimulée dans son cerveau. Cette prise de décision pessimiste s'est poursuivie pendant au moins 24 heures après la première stimulation. Le même groupe de chercheurs avait précédemment identifié un circuit neuronal qui est crucial pour un type de prise de décision appelé « conflit d'approche-évitement ». Pour faire de tels choix, une personne doit peser les aspects positifs et négatifs d'une situation, ce qui implique des niveaux élevés d'anxiété et parfois de stress. Ce stress affecte évidemment alors le processus de prise de décision. Par conséquent, les animaux ont été influencés et ont ensuite choisi une option à haut risque en cas de stress en anticipant de meilleurs gains.

Pour effectuer des validations, les chercheurs ont offert aux animaux une récompense (jus) ainsi qu'un stimulus hostile (une grosse bouffée d'air sur leur visage), puis ont stimulé leur noyau caudé avec un courant électrique mineur. Dans chaque essai, une proportion différente pour le prix et la douleur a été utilisée pour juger si les animaux accepteront ou rejetteront. Il s'agit d'un exemple de prise de décision qui nécessite une analyse des coûts et des avantages. Il était intéressant de voir qu'à chaque stimulation, lorsque le rapport coût-bénéfice devenait biaisé, c'est-à-dire plus de coût et moins de bénéfice, les animaux ont commencé à rejeter les combinaisons qu'ils avaient précédemment acceptées. Cela a continué jusqu'à 24 heures après la stimulation. Cela signifiait que les animaux ont commencé à dévaluer la récompense qu'ils désiraient plus tôt et leur attention s'est déplacée davantage vers la partie coût. De plus, en fonction de leur acceptation ou de leur rejet, leur activité cérébrale dans le noyau caudé changeait chaque fois qu'il y avait un changement dans le modèle de leur prise de décision. Par conséquent, ce changement de « fréquence bêta » peut servir de biomarqueur pour voir si les animaux réagiront à des médicaments particuliers.

Régulation de l'humeur

Les chercheurs ont expliqué que certaines régions du noyau caudé sont liées au système limbique qui est connu pour contrôler l'humeur d'une personne. Ce système dirige l'entrée vers les zones motrices du cerveau ainsi que les régions productrices de dopamine. Les auteurs ont conclu que le noyau caudé perturbait peut-être cette activité de la dopamine. Par conséquent, même un léger changement dans notre système pourrait signifier un changement rapide de notre comportement. Les résultats de cette étude pourraient nous aider à comprendre en détail la dépression et l'anxiété, ce qui peut ensuite nous aider à développer de nouvelles méthodes thérapeutiques efficaces.

***

{Vous pouvez lire le document de recherche original en cliquant sur le lien DOI ci-dessous dans la liste des sources citées}

Sources)

Amemori K et al 2018. La microstimulation striatale induit une prise de décision négative persistante et répétitive prédite par l'oscillation striatale de la bande bêta. Neuronhttps://doi.org/10.1016/j.neuron.2018.07.022

***

Équipe SCIEU
Équipe SCIEUhttps://www.ScientificEuropean.co.uk
Scientifique Européen® | SCIEU.com | Avancées significatives de la science. Impact sur l'humanité. Esprits inspirants.

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour être mis à jour avec toutes les dernières nouvelles, offres et annonces spéciales.

- Publicité -

Articles les plus populaires

Une nouvelle forme découverte : le scutoïde

Une nouvelle forme géométrique a été découverte qui permet...

Cefidérocol : un nouvel antibiotique pour traiter les infections urinaires complexes et avancées

Un antibiotique récemment découvert suit un mécanisme unique dans...

Une nouvelle approche pour « réutiliser » les médicaments existants pour COVID-19

Une combinaison d'approche biologique et informatique pour étudier...
- Publicité -